Dissertation de philosophie

Publicado em Agosto 2017

Se mettre à philosopher donne à l’existence un « supplément d’âme », c’est une prise de conscience qui bouleverse notre perception du monde et de la vie.  » écrit-il à sa complice la marquise de Merteuil. Non seulement je vis, mais je pense à ce que je vis. Mais, au Moyen-Orient, avec l’Islam, la femme n’a pas encore accès à l’espace public comme en Occident. « Le malheur des uns fait le bonheur des autres » n’est sans doute donc pas un proverbe que l’on doit recevoir sans précautions et ajustements philosophiques ! On fait des dissertations dans dautres disciplines que la philosophie, mais en dépit de quelques points …dissertation de philosophie mthodologie Dans une dissertation de philosophie, il ne s’agit pas de donner son opinion ; mais de se rapprocher sur un sujet donné de la position la plus vraisemblable. Elles croient se rendre invisibles en plongeant la tête dans le sable ». Bonjour, tout d'abord merci de m'avoir répondu. Ce phénomène vient contre-carrer l’émancipation de la femme qui avait commencé en 68 avec la pratique de la contraception. La femme n’est pas un homme comme les autres, est une assertion qui peut donc avoir des conséquences négatives pour la femme; car à force de souligner sa faiblesse physique, certains en déduisent une certaine faiblesse intellectuelle (dans la volonté et dans la capacité intellective à penser par concepts). Ainsi le désir masculin peut comporter le risque de chosifier la femme (comme on le voit avec la dérive de la pornographie et de la prostitution). Aujourd’hui, dans notre France du XXIème siècle, plus personne ne trouve normal l’esclavage (considéré comme banal dans l’Antiquité), alors comment se fait-il que l’on accepte encore sans sourciller l’esclavage de type sexuel ? Cette exploitation sexuelle prend diverses formes : de la prostitution, en passant par le viol et même l’excision dans certaines contrées. Fourier, grand utopiste du XIXème siècle est lui aussi conscient que la futilité que l’on objecte aux femmes est liée à un mauvais conditionnement éducatif : « Les vices et les défauts que l’on reproche ordinairement aux femmes s’explique très naturellement par la contrainte que leur impose l’éducation qu’elles reçoivent, et le rôle qui leur est assigné ». Ainsi l’univers ne s’est pas créé en 6 jours, mais en 13 milliards 700 millions d’années. Il existe une différence génétique entre homme et femme puisque les femmes, au niveau de la vingt troisième paire de chromosomes , ont les gênes XX, alors que les hommes ont les gênes XY. Ce sont des récits très anciens et très intéressants et moralement formateurs; mais ils ne peuvent suffire aujourd’hui à contenter toute la soif de savoir qui est en l’homme. Vision pessimiste certes, car de notre faille ontologique peut naître en nous le désir de devenir séducteur ou séductrice à l’instar du serpent tentateur dans le jardin d’Éden. Par ailleurs, s’il faut renoncer à certaines choses pour être heureux, nous allons examiner au cours du développement, qu’il faut, au contraire, rester attacher à d’autres choses pour être heureux. Près de trois mille ans de pensée inspirée par Dieu le prouvent. Mais les médecins et les proches du malade ne disent pas toujours au patient, à la personne concernée que son mal est inguérissable ; car ils sentent que la personne ne va pas avoir le courage d’affronter avec lucidité la réalité de sa situation tragique. Mais le problème, c’est que ces maisons closes (comme l’a bien montré Laure Adler dans nombre de ses ouvrages) maintenaient les prostituées dans la pauvreté, et leur enlevaient tout espoir de s’en sortir. Car Platon et Spinoza, en tant que philosophes, veulent tous deux inciter leurs lecteurs à plus de réflexion, à exister plus intensément, ne pas seulement être en figuration, mais être une présence, une incarnation réelle (Heidegger parlerait « d’être là », de « vrai étant »). Car l’individualisme, c’est aussi en nous cette capacité à s’affirmer indépendamment des autres, à pouvoir se séparer d’un groupe malfaisant grâce à notre esprit critique. La philosophie est donc une discipline qui a une aura prestigieuse. Ainsi avec le progrès de la zoologie, on sait que les autruches ne cherchent pas à se camoufler en se mettant la tête dans le sable. D’ailleurs, dans le langage courant, il y a l’expression « combattre les idées reçues », ce qui sous-entend qu’elles ne peuvent être que combattues. Alors Dionysodore poursuit habilement en disant : « Vous désirez donc qu’il ne soit plus ce qu’il est à présent, c’est à dire qu’il meure ». Troisième argument : Ce qui montre, de plus, une certaine inutilité de la philosophie, c’est qu’elle ne se développe en général que quand les besoins vitaux sont sustantés. Les propos sur les enfants ne sont donc pas quelque part moins sérieux que la dernière théorie en date en astro-physique ! De même, Spinoza en disant « Un homme libre ne pense à aucune chose moins qu’à la mort » veut déclencher également en nous le « réveil de l’être ». Autrement dit, métaphysique veut dire littéralement ce qui est au-delà de nos sens et de nos perceptions. Par exemple,dans le Ménon, Socrate cherche à définir la vertu, et dans le Lachès, Socrate essaye de définir le courage. Ainsi la plupart des philosophes, en réfléchissant sur le courage en font plus une vertu qu’une simple passion. Par exemple, les philosophes sont parvenus, en général, à faire primer la dignité de l’homme contre les divers asservissements qui le menacent. Autrement dit, la philosophie signifie littéralement l’amour de la sagesse. Du fait du don de son corps, la femme ne peut pas le livrer au « premier venu » sans blesser quelque part son amour-propre. À force de regarder le ciel, il ne voyait même plus ce qu’il avait sous les pieds . On est donc homme ou femme jusqu’au fondement même de nos cellules. Quand on repose le sujet dans une transition, on le fait de manière plus précise qu’au début, car on a déjà résolu une partie du problème. En effet, on peut considérer le suicide en tant que tel car en choisissant de mourir, c'est une certaine façon de ne pas se laisser tuer par la vie. Néanmoins, au cours de notre existence, nous avons pu remarquer que certaines personnes mettaient fin à leurs propres vies délibérément, cela se nomme le suicide. Ainsi pendant très longtemps, les gens ont cru que le soleil tournait autour de la Terre, alors que c’est l’inverse, c’est la Terre qui évolue autour du soleil. Ainsi en 1995, il n’y a que 5 % de femmes élues au Parlement. Ma seule excuse véritable était que mon père très oppressif me cloitrait quasiment … et que j’étais dans une solitude affective et une détresse existentielle très forte. L’individualisme, au sens péjoratif est quasiment synonyme d’égoïsme. La différence des sexes est le mystère sacré de l’univers, le signe tangible que la plus grande force de notre monde est l’Amour. Ainsi en Scandinavie (Norvège, Suède), où l’index d’émancipation des femmes est le plus élevé, les écarts de performance en mathématiques entre les sexes sont les plus bas. Nous avons pu voir que le suicide va contre certaines valeurs morales et devoirs du citoyen. Sont-ils heureux pour autant ? Mais les détracteurs de la philosophie ne manqueront pas de souligner que cet essai de changement de société s’est soldé par un échec. Et s'il est un crime, ce n'est pas de la part de celui qui s'y livre mais de ceux qui ne lui portent pas assistance. Leur espérance de vie en était considérablement diminuée, sans compter les avortements souvent imposés à nombre de femmes; qu’on cesse donc de vanter les maisons closes comme une solution humanitaire au problème de la prostitution ! Bien sur j'ai des pistes, j'ai commencé à chercher mais à vrai dire je ne sais pas trop comment organiser mes arguments et je trouve aussi que je n'en ai pas suffisamment alors je vous mets ce que j'ai écris et si vous pouviez déjà me dire si c'est bien ou alors s'il y a de problèmes ça serait gentil et puis pourquoi pas m'indiquer d'autres pistes Tout au long de notre vie, nous nous demandons jamais vraiment pourquoi vit on ? C’est hélas un phénomène universel au niveau spatio-temporel. Ainsi Goethe dans le second Faust déclare : « L’Éternel Féminin nous tire vers le haut ». Premier argument : Nous avons dit prédémment que le courage était lié à la partie irascible de l’âme, mais justement cette colère déclenchant le courage vient souvent du fait que nous nous sentons offusqués dans notre honneur, donc dans notre vertu. Chez les grenouilles et les crapauds, le mâle émet des coassements. Le courage est tellement indispensable, que ne pas en avoir suffisamment amène souvent à l’échec. Névrose carabinée et solitude, indifférence et méchanceté m’entouraient, que faire d’autre après … si ce n’est des bétises ! Déjà ce qui distingue le philosophe du sophiste, c’est que le philosophe cherche à définir ce dont il parle. Donc penser que tout philosophe à notre époque est athée est une vue simpliste, ainsi Hugo dans Post-Scriptum de ma Vie : disait déjà : « La vraie philosophie détourne des religions et pousse à la religion ». Mais un philosophe, par contre, se demandera puorquoi y a t-il une telle attraction entre toutes les choses, et il en cherchera le fondement métaphysique; tel Schopenhauer, dans le Monde comme Volonté et comme Représentation, qui voit dans cette fameuse loi de l’attraction universelle des corps une expression déjà du « vouloir-vivre ». Cette catégorie contient de nombreux cours, dissertations, commentaire de texte et fiches de lecture ayant trait à la culture générale et à la philosophie qui peuvent vous être utiles dans votre parcours. Les enseignants soulignent à juste titre que le public féminin est, en général, plus sérieux, plus attentif et poli que le public masculin ! Les philosophes ne sont- ils pas ces gens qui se cantonnent à des jeux de langage ? Never Pay Full Price Again. Le problème, c’est que dans cette vision des choses la femme se retrouve toujours finalement chosifiée. Ainsi, donc la femme peut faire de multiples tâches réputées n’être réservées qu’aux hommes. Quatrième argument : Enfin l’on peut aussi arguer que le courage est plutôt une passion du fait qu’il provient souvent de la colère. Certains soutiennent en faveur de la prostitution, que cela relève de la liberté individuelle. Or, comme les bêtes ne font que se sentir exister, elles n’ont pas suffisamment d’esprit, de réflexivité pour être véritablement et jouir réellement de l’existence. Quant à la séduction envers les hommes, Ovide conseille aux femmes de se maquiller, de pleurer pour émouvoir. Ainsi, le 30 octobre 1793, il y a un décret relatif à l’interdiction des clubs de femmes, les citoyennes ne peuvent tenir salon comme les hommes pour discuter des projets de société. Mais tous les préjugés sont malheureusement des idées reçues. Et pour Aristote, l’impulsivité n’est pas la vraie forme de courage.  » Autrement dit, on inculque à l’enfant que la beauté intérieure compte plus que l’apparence extérieure. Mais est ce que cela fait du lui pour autant un crime ? Mais cet accouchement des âmes n’est pas sans douleur et sans difficultés et sans désillusions. Comment s’identifier ?  »La femme n’est plus vue que comme un moyen pour jouir le plus possible. De nombreux hommes croient d’ailleurs encore que la femme a naturellement le fantasme du viol, et qu’il faut au moins un peu la forcer pour la séduire. Cest-à-dire quon ne peut pas ... Ainsi l’homme a 20 fois plus de testostérone que la femme, et la femme, par contre a plus d’oestrogène. Le courage, par son aspect sublime, nous montre donc que nous sommes à la fois des êtres de matière (traversés par des émotions et des peurs ressenties physiquement) et des êtres d’esprit (habités par des idéaux). Nietzsche, par exemple, n’a t-il pas été le fossoyeur de ces idéeaux, lui qui de plus, a proclamé la mort de Dieu ? Mais l’homme et la femme ne sont pas que différents, ils sont semblables quant à leur nature humaine, et c’est pourquoi il faut exiger une égalité de droits entre hommes et femmes. L’étymologie suggère que la séduction entraîne pour celui qui est séduit(e) un isolement, une sortie du droit chemin. Car l’art de la séduction, ce n’est pas seulement l’attrait physique de la personne, c’est aussi montrer un attrait spirituel (charisme, humour, statut social, montrer des points communs mais aussi des divergences). La Bible n’est pas à mettre de côté, mais elle doit aussi être perçue dans son aspect fondateur et de fait mythologique. Aussi Goethe s’exclamait : « perte d’argent, perte légère ; perte d’honneur, grosse perte ; perte de courage, perte irrécupérable » phd thesis committee member . Et si parfois la philosophe ne nous empêche pas de faire des erreurs, elle nous apportera du moins quelques consolations ainsi , c’est Schopenhauer dans ses Aphorismes sur la Sagesse dans la Vie qui remarquait : « Ma philosophie ne m’a rien apporté, mais elle m’a beaucoup épargné ». Nous parlons ici de l’amour en général, cela peut être dans un couple, cela peut être l’amour filial et parental, cela peut être l’amour d’amitié, l’amour comme cause humanitaire tel Henri Dunant consacrant sa vie entière aux droits des blessés et prisonniers de guerre après s’être trouvé à Solferino après la bataille où gisaient des milliers d’ hommes morts et blessés sur le sol, et laissés sans soins. Notre esprit s’est exercé à la méditation en lisant des penseurs sagaces, et nous avons gagné considérablement en profondeur, nous sommes parvenus à une indépendance d’esprit, mais aussi à avoir un esprit plus rationnel, moins enclin à croire n’importe quoi et n’importe qui. Le mot « sexus » qui signifie « sexe » proviendrait d’ailleurs du verbe latin « secare » qui exprime l’idée de coupure, de division. La philosophie ne nous a d’ailleurs même pas dégouté de Dieu, mais bien au contraire, l’exercice constant de notre esprit nous a appris à le redécouvrir d’une manière plus intelligente et moins servile. Ainsi Voltaire constate que dans les combats, les méchants peuvent montrer hardiesse et audace : « Le courage n’est pas une vertu, mais une qualité commune aux scélérats et aux grands hommes » écrit Voltaire. Et que sans l’amour, il n’y a plus de vie possible ( car le mélange des genres est nécessaire pourqu’il y ait procréation). Ainsi Gilles de Rais, compagnon de Jeanne d’Arc et monstrueux psychopathe fut un homme valeureux au combat avant de devenir un assassin pédophile. Oui, Poullain de la Barre a raison, tout ce qu’on a dit sur la femme doit être suspect, car on sait bien depuis les fables de Lafontaine que : « La loi du plus fort est toujours la meilleure »! La philosophie sert la vie concrète à un niveau individuel car elle nous aide à développer notre vie intérieure, elle nous incite à réfléchir et donc permet à la personnalité de s’épanouir. Vergely dans Petite Philosophie du Bonheur nous dit : « La conversion à la joie est aussi une conversion à autrui ». Ovide déclare aussi : « Castor et Pollux ont violé Phébé et sa soeur . S’il n’y a pas une réelle prise de conscience de ce fait, les femmes seront toujours immanquablement ramenées au poids de leur chair, donc traitée comme un être humain de second ordre, puisque se valorisant d’abord par son physique. Ces assertions ne font que refléter l’opinion dominante de l’époque, et si Kant a un peu plus de bienvaillance pour les femmes en disant : » La femme est de première importance, et un objet de haute estime » ( opuscule De la différence des sexes), c’est pour mieux la cantonner à ses domaines propres qui sont selon lui : la cuisine, les enfants et les chambres des malades. Éthymologiquement, la philosophie provient de deux termes dérivés du grec ancien : « philo » qui signifie « j’aime », et « sophia » qui veut dire « sagesse ». C’est pourquoi statistiquement les célibataires se suicident plus que les gens mariés, et les couples sans enfants sont plus touchés par ce phénomène que les couples avec enfants. Le mot individualisme repose d’ailleurs sur la notion d’individu (dont l’étymologie latine , individuus) signifie indivisible. Ainsi la première différence entre homme et femme réside dans le fait que l’un a un sexe externe, et que l’autre a un sexe interne beaucoup plus discret. Sans tomber dans le puritanisme et la miévrerie, la femme a quand même droit à plus de respect dans les médias. La philosophie, étant une réflexion sur la vie en général, on peut se référer à tous types de connaissances, à condition que ce soit sérieux. L’individualisme est donc une valeur moderne, mais celle-ci n’est-elle pas une valeur acceptable que jusqu’à un certain point ? Aussi l’on peut se demander légitimement, si séduire, est-ce manipuler ? En soutenant que les hommes et les femmes ne sont pas les mêmes êtres humains; il maintient une ségrégation… Encourager le différentialisme revient à commettre un acte nuisible ». Par ailleurs, le célibat imposé aux prêtres catholiques a forcément ensuite une incidence sur la pensée cléricale en général. Autrement dit, tous les grands penseurs d’hier et d’aujourd’hui s’accordent sur le fait que la dimension spirituelle de l’existence est la plus essentielle pour être heureux. Séduire vient du latin se ducere, qui signifie « amener à part, à l’écart ». Car la vie est somme toute assez courte, et le fruit n’est pas mûr à tout âge, et il se déssèche s’il n’est pas cueilli. Durkheim, dans son enquête sociologique du suicide, a ainsi établi que plus le degrè de solitude d’un individu est marqué , plus le risque de suicide est important. Avoir des rapports sexuels de manière assidue est devenu un message récurrent dans les magazines féminins. Effectivement, si l’on prend une définition beaucoup plus vaste du mot crime, nous pouvons le définir comme une infraction très grave à la loi, à la morale ou aux lois humaines. À travers les âges et les siècles, le statut de la femme ne se modifie presque pas, et ainsi Montaigne, à la Renaissance, énonce qu’ « u ne femme est assez savante quand elle sait mettre la différence entre la chemise et le pourpoint de son mari ». Car , il est indéniable que la femme, en moyenne, est moins forte physiquement que l’homme. Les idées reçues, par le biais des préjugés peuvent être extrêmement dangereuses, ainsi même les philosophes les plus prestigieux n’ont pas été exempts de l’influence des préjugés. Avec la contraception, on aurait du arriver à une réelle libération de la femme, or tel n’est pas le cas. Or, la patience n’est pas passionnelle. Sachez transformer les défauts en qualités ». Quand on passe d’une partie à une autre, on peut faire une transition. Dans la mesure où le pouvoir de séduction d’un individu n’est pas forcément freiné par le filtre de notre conscience, mais relève d’attirances inconscientes, il y a forcément un aspect manipulateur dans le fait de séduire. En effet, choisir de mettre fin à sa vie délibérément est un choix relativement difficile qui est irréversible et qui comporte beaucoup de conséquences. Cela peut nous donner une certaine aura dans la vie mondaine, mais cela ne peut réellement et concrétement nous aider à mieux vivre, peut-on alors penser. Vous étudierez des textes de Sartre, Locke, Epictète, Rousseau, et d'autres auteurs, des thèmes tels que le Siècle des Lumières, etc. Ainsi dans la France de l’Ancien Régime, les nobles ne se sentaient pas « sur un pied d’égalité » avec les gens du peuple. Objection au Premier argument : L’un des points faibles de la philosophie, nous dit-on, est que les philosophes ne sont pas capables de s’entendre entre eux sur les divers sujets qu’on leur expose. Elle nous permet peut-être quelque consolation, mais elle ne nous permet pas de changer la réalité en tant que telle. C’est pourquoi d’ailleurs, la philosophie est la discipline qui véhicule le plus de préjugés du genre : la philosophie, « ça ne sert à rien », la philosophie s’est fait « pour les fous »; les philosophes sont des gens qui ne vivent pas dans la réalité, ils « planent » (syndrôme du professeur Tournesol) ! Mais d’autres voient une infériorité de la femme, dans le fait qu’elle ne possède pas de pénis. Mais comment trier nos désirs, et lesquels satisfaire ? Cependant, l’échec actuel du libéralisme économique à résorber le chômage montre bien qu’il nous plonge dans un piège sociétal. L’être humain n’est pas le seul à vouloir plaire, ainsi dans le genre animal, il existe la parade nuptiale dans bon nombre d’espèces. Dans la Bible, par exemple, les Hébreux ont beau se référer à Dieu, cela dissertation de philosophie ne les empêche pas d’avoir plusieurs femmes en toute dissertation de philosophie bonne conscience. Un nombre impressionnant de femmes y ont été ou sont confrontés à ce type de situation où un supérieur hiérarchique essaye d’imposer une sorte de « droit de cuissage » sur son employée. Pour Cicéron, le courage militaire ne peut être tenu d’ailleurs pour le courage modèle. Néanmoins, au cours de notre existence, nous avons pu remarquer que certaines personnes mettaient fin à leurs propres vies délibérément, cela se nomme le suicide. Nietzsche est un idéaliste qui s’ignore car il ne cesse de dénoncer le nihilisme de ses contemporains. Une transition est à la fois une récapitulation et une prospection. Chez la femme, l’attachement affectif relève plutôt de la passion et de la sensiblerie, selon lui. Or, cette communautarisation des moyens de subsistance entraînait trop de détachement de la part des travailleurs qui ne s’y sentaient pas suffisamment individuellement concernés. Au sens politique, ce concept est fondamental puisqu’il est à l’origine de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen. Etc. Prenons encore un autre exemple : le cas de l’adage « Qui dort dîne ». Toute société véritablement humaine est donc basée sur l’axiome suivant , à savoir que l’individu est le fondement de la société et son respect est à l’origine de toutes les valeurs morales. Certains militaires ont aussi le courage des barouds d’honneur : « Tout est perdu, fors l’honneur ! Lui, la Suprême Vertu, qui la veille de sa passion, à Gethsémani s’est senti seul au monde et qui a même demandé à l’Éternel de lui épargner « cette coupe de douleur »? Tous les individus ont une conscience, mais tous n’ont pas le même degré de conscience. Éléments de méthode pour la dissertation en philosophie : l’introduction, le développement et la conclusion. La philosophie étant une « chasse aux préjugés », la profession de professeur de philosophie est une des plus dangereuses, car beaucoup d’ individus tenant à leurs préjugés ont tendance à être les ennemis de la philosophie. La femme, on le voit, avec le rapport amoureux, est en quelque sorte le sexe sublime (puisqu’elle humanise le rapport sexuel en y incluant,en général, une histoire d’amour). Les mysogines, en général, déclarent que comme l’homme est le plus fort, c’est lui qui, selon l’ordre naturel doit commander. Le problème de ce doute, c’est qu’il a tendance à faire des esprits philosophes des indécis et des gens peu propres à l’action pratique. Mais ce journal PLAYGIRL a rapidement fait faillite, les exemplaires de cette revue étaient en plus essentiellement lus par des gays ! Ainsi depuis que les femmes ont accès massivement à l’instruction, il s’avère que les femmes sont, en moyenne plus diplômées que les hommes. Ainsi certains oiseaux offrent des objets brillants à leur femelle. Une des thèses majeures du libéralisme est de penser d’ailleurs que les initiatives individuelles suffisent à elles-seules pour réguler les rapports économiques. Ce qui conforte ceci aussi, ce sont les résultats récents de diverses enquêtes sociologiques. La philosophie a donc déjà permis des tentatives, meême infructueuses, elles peuvent nous instruire sur certaines erreurs déjà commises et à ne pas refaire. Troisième argument : En nous faisant parfois affronter la crainte de la mort, le courage est une arme de la raison (de la vertu), mais c’est aussi une puissance de feu, de passion. Faute d’avoir pris conscience de la différence des désirs selon le genre, les éditeurs de ce journal ont été mis devant l’évidence que le désir féminin n’était pas aussi visuel que le désir masculin. Être heureux, dans cette perspective, c’est apprendre à choisir de préférence les désirs naturels et nécessaires. L’obsession du sexe devient une préoccupation sociétale malsaine et lancinante. Ce qui prouve qu’il y a nécessité de la pensée pour être heureux, et que la seule satisfaction des besoins vitaux n’est pas suffisante à rendre heureux. L’individualisme est donc une sorte de repli sur soi. On peut voir d’ailleurs sur Internet en visionnage libre et gratuit, un film iranien sur le sujet intitulé la lapidation de Soraya, d’après une histoire vraie. « Certainement » répondent Socrate et ses amis. Dans le rapport sexuel, le corps de la femme s’offre et se donne, tandis que du côté masculin, il y a physiquement une prise de possession du corps de l’autre. Quel orgueil démesuré ? Il y a encore une réelle peur patriarcale quand la femme se montre vraiment intelligente et spirituelle, les phallocrates y voient une prise de pouvoir nuisant à leur virilité, alors ils essaient de la mettre dans leur lit, et quand ils n’y arrivent pas, ils la jettent dehors… comme la dernière des putains ! La vertu épicurienne par excellence est donc la prudence qui permet une juste vue des plaisirs et des peines consécutives à la réalisation de telle ou telle action. C’est là que l’on voit comment la société est vraiment encore profondément sexiste. Ce n’est donc pas la couleur rouge de la cape des toreadors qui les pousse à charger, mais le mouvement de la cape qui les excitent et qui est ressenti comme une menace. Évitons la comparaison qui nous mène à l’envie, car il n ‘est guère de passion plus triste que celle-ci . Par exemple, quand on examine l’histoire de France, cela peut être déroutant pour une enfant de sexe féminin (comme ce fut le cas pour moi), de voir que peu de femmes ont été gardées dans la mémoire de l’Humanité. Surtout les âmes idéalistes d’ailleurs, ainsi Racine s’exclame : « Qu’une âme généreuse est facile à séduire ! 3) Enfin, si on a un minimum de principes moraux, on se sent quand même dégradé et sali . La solitude paraît ainsi être le premier obstacle au bonheur, B. La philosophie, notamment permet de décoder la portée symbolique de beaucoup de textes religieux. Ainsi pour Épicure tous les excès sont à bannir, aussi bien l’ascétisme que la débauche. Ainsi, au départ, la polygamie était généralisée dans le genre humain. Ainsi, le puritanisme au XIXème siècle a insufflé une sorte de frigidité à beaucoup de femmes ce que Freud a qualifié d »hystérie féminine » (la frustration sexuelle féminine ayant ensuite évidemment des conséquences dans le comportement des femmes comme une trop grande nervosité non canalisée). Par ailleurs, la femme a plus de substance grise dans le cerveau que l’homme, et ce dernier a, par contre, plus de substance blanche. Dans le même ordre d’idées, La Bruyère déclarait : « Les hommes sont causes que les femmes ne s’aiment point ». Dans le même ordre d’idées, Schopenhauer a démontré dans ses Aphorismes sur la Sagesse dans la Vie que « ce que l’on est », est beaucoup plus important que « ce que l’on a » et « ce que l’on représente ». Il y a trop de pression sociale qui pousse la femme à s’exhiber sexuellement. L’homme séducteur, dans ce cas, réactive dans l’inconscient de la femme la figure paternelle qui a généré une frustration dans l’enfance. L’union charnelle est en fait comme le symbole concret de l’union des âmes, c’est pourquoi l’expression « faire l’amour » est sans doute une des plus poétiques. Enfin si nous reprenons un des exemples cités en première partie, on peut voir que dans les positions philosophiques apparemment contraires, il y a quand même des points de jonction. Mais si les hommes voulaient bien reconnaître leur part de responsabilité dans le dévoiement de la femme nous dit Poullain de la Barre, il n’y aurait pas d’obstacles à ce que les femmes soient prêtres ou pasteurs, tant la femme peut être spirituelle, elle aussi . C’est pourquoi La Rochefoucauld avait fort raison de dire : « On ne peut répondre de son courage quand on n’a jamais été dans le péril ». Premier argument : Le libéralisme économique repose essentiellement sur l’individualisme ; or celui-ci nous mène de crise en crise économique, temps historique jonché périodiquement de guerres jugulant momentanément quelque marasme boursier. Il est naturel de vouloir plaire plutôt que l’inverse, cela provient de l’amour-propre, mais aussi de notre instinct sexuel. D’ailleurs, avec le développement de la science, on ne peut plus uniquement croire en Dieu en ayant pour credo de croire « à la lettre » tout ce qui est raconté dans la Bible. Le grand psychiatre Winnicot a hélas démontré dans ses travaux et recherches que les pouponnières étatiques n’apportent pas une assise suffisamment stable aux touts-petits pour leur équilibre psychique ultérieur. Quatrième argument : La femme « n’est pas un homme comme les autres », car ce qu’on ne pourra jamis changer, c’est que selon que l’on a des ovaires et un vagin ou un pénis, on ne peut se représenter le monde de la même manière. Nov 02, 2016 · Video embedded · Venez réviser la méthodologie de la dissertation de Philosophie pour le Bac 2017 en live avec un prof ! Or, « cette espèce de permanence joyeuse de sa propre identité », ne se trouve que quand on a une vie intérieure, car seuls les individus qui ont une vie spirituelle ne s’ennuient jamais avec eux-mêmes et savent s’intéresser intelligemment. Donc le courage ne se retrouve pas que dans les actions d’éclat, mais aussi dans la force d’âme qui nous permet d’affronter tous les jours les difficultés de la vie, les aspérités de l’existence. Et sans activités intérieures, sans cheminement personnel, le psychisme ne meuble pas suffisamment le temps pour arriver à la plénitude de l’existence. Des philosophes plus modernes ont aussi échafaudé d’autres systèmes politiques voulant comprimer l’individualisme comme Marx, et avant lui des utopistes comme More et Campanella. Car on reproche souvent aux femmes d’être frivoles et coquettes, et on en profite ensuite pour leur faire accroire, de ce fait, qu’elles sont moins intelligentes que les hommes puisqu’elles n’ont pas des occupations aussi sérieuses que les messieurs. Deuxième argument : Il est fatal d’avoir des idées reçues, il ne peut en être autrement, car comme l’a dit Descartes dans le Discours de la Méthode : « Nous avons tous été enfants avant que d’être hommes ». Comte Sponville remarque à juste titre à propos du sexe , « qu’il est le plus animal de nos plaisirs, quant à sa source, et le plus humain, quant à son objet ». Dans ce roman philosophique, Johannès le séducteur se débarrasse de la jeune fille séduite, Cordélia, une fois qu’il lui a pris sa virginité. Maintenant que les femmes ont accès quasiment à tous les domaines de la connaissance, les femmes peuvent enfin démontrer que quelque part, elles sont des hommes commes les autres » ! Le problème, dissertation de philosophie c’est que cela est une impasse, car 1) la lascivité aboutit rapidement à l’ennui (cf le roman l’Ennui de Moravia), et 2) L’autre devient furieux quand il apprend qu’on le fréquente « juste histoire de se faire son expérience », donc ensuite il y a des risques plus ou moins importants d’avoir des ennuis. Et l’on peut rétorquer que par ailleurs, sur certains sujets, on est arrivé à une sorte de consensus, à un certain accord des esprits. ), et pas aux propos de Jésus lui-même (qui ne paraissait pas mysogine et qui ne s’est d’ailleurs jamais exprimé sur la question ! Le point de vue féminin sur la sexualité, du fait qu’il y a don, est peu souvent détaché de toute sentimentalité. Mais malheureusement, quand on croit savoir ce qu’on ne sait pas, c’est là le type d’ignorance qui est à l’origine de tout ce qui se fait de mal. Vivre c’est à la fois un droit mais également un devoir. L’art de la séduction implique donc l’art de la persuasion, mais cette persuasion n’est pas forcément manipulatrice. Ensuite, les prostituées devaient payer un certain loyer et donner une part importante de leurs revenus aux régisseurs de ces maisons. Et d’ailleurs, il est notoirement connu et reconnu statistiquement dans l’Éducation Nationale en France que c’est en philosophie qu’on retrouve le plus grand écart de notation pour une même copie corrigée au BAC par différents correcteurs. Comme le docteur Saint Paul au XIXème siècle qui déclarait : « La prostituée est indispensable à la cité, comme la poubelle à la famille ». Hugo montre que même en ayant bu de l’alcool pour affronter la peur, on peut encore être un héros comme son personnage Grantaire qui ne fait que se saouler justement pendant les affrontements, au point que le chef de la barricade Enjolras lui demande de quitter leur bastion. Aristote, par exemple, à son époque ne s’est pas élevé contre l’esclavage, car il était lui-même trop « englué » dans son époque antique et les préjugés sociaux qui allaient avec. Ainsi l’esclavage n’a pas de légitimité morale, mais il permettait aux négriers de se faire de l’argent ! Mais ce contact avec autrui ne doit pas être narcissique, car le bonheur suppose aussi que l’on renonce à avoir du pouvoir sur les autres de manière égocentrique et dominatrice. Aussi dans son Traité des Devoirs, Cicéron écrit : « Il y a un courage civique qui n’est pas inférieure au courage d’un soldat et qui exige même plus de travail et d’activité ». Ainsi Nietzsche dans Par-delà le Bien et le Mal fait la remarque suivante : » Jusqu’à présent toute grande philosophie fut la confession de son auteur, une sorte de mémoire involontaire ». Mais Platon précise : « Ils se ressemblent comme le loup au chien, la bête la plus sauvage à la bête la plus apprivoisée ». La différence génétique entre homme et femme est d’autant plus remarquable que l’on retrouve l’ADN dans toutes les cellules du corps humain. D’ailleurs, en psychanalyse, le manque de courage soudain chez certaines personnes qui en ont eu jusqu’alors, est ce qu’on appelle la « névrose d’échec » ; névrose liée au manque d’amour ressenti par un individu dans sa prime enfance. Ainsi l’on voit des femmes routiers , ou chauffeuses de car. Beaucoup de grands penseurs et écrivains l’ont bien compris d’ailleurs. Vivre c’est à la fois un droit mais également un devoir. L’individualisme, de ce fait s’oppose aux courants qui donnent la primauté à la société sur l’individu comme le nationalisme, le communisme, le socialisme, et toute autre idéologies de type collectiviste. Très important : il faut toujours commencer par soutenir la partie, la position qui se soutient le moins, afin de terminer sur ce qui se défend le mieux. À priori, la question : « y a t-il de bonnes idées reçues » ? Le courage, pour le stagirite, est donc une vertu avant d’être une passion puisque cette vertu provient essentiellement du sentiment de l’honneur et de l’influence de la raison. Du fait de la dissolution de la propriété privée, les gens n’avaient plus l’individualisme comme ressort et moteur pour exercer leur labeur quotidien. Certaines expressions du langage courant mettent ainsi en relief l’aspect bestial du courage. Ainsi Pinochio, quand il est séduit par maître-renard, quitte le chemin de l’école pour les voies tortueuses de l’école buissonière. Pour Platon, le courage est donc une vertu politique essentielle ( République, 430 c), car la Grèce des cités-États était souvent secouée de conflits armés. Jésus a ressenti les affres de l’angoisse mortelle face à l’épreuve qu’il devait savoir traverser. Le méchant, n’étant pas exempt de ressentir des passions peut donc faire preuve de courage. C’est pourquoi, oui, nous pouvons affirmer que le point de vue du philosophe est plus éclairant que celui de la plupart des individus; oui, le point de vue du philosophe a une certaine objectivité même s’il ne peut pas se départir d’une certaine subjectivité. Car les femmes qui étaient les régisseuses de ces maisons faisaient signer des contrats qui obligeaient les prostituées à acheter les produits nécessaires à leur entretien par l’intermédiaire de la maquerelle. Mais certes, la philosophie nous éclaire disent ses détracteurs, mais elle n’éclaircit qu’à partir d’un point de vue particulier. Paradoxalement, on pourrait dire que le suicide suit une valeur morale fondamentale qui n'est d'autre que la liberté. Quatrième argument : Enfin , il y a des idées reçues par le biais des préjugés; et on ne peut pas dire, en général, que les préjugés soient bénéfiques pour l’Humanité. On se dit que la philosophie est surtout une histoire d’habileté rhétorique, c’est juste un art oratoire qui s’abrite derrière de prestigieux paravents comme la Vérité, la Liberté, la Justice, le Bonheur… alors qu’en fait, il ne s’agit que d’un « trafic d’opinions« . Dans la République, Platon démontre également que le courage provient de la « partie irascible de l’âme », et que justement « cette partie irascible » peut être déclenchée à l’écoute de musiques militaires entraînantes et comme envoutantes pour le combat. Dans les asiles psychiatriques, les hommes sont également plus nombreux, (ceci est une donnée contemporaine). Est ce vraiment la fin de définitive de notre existence ? Exemple : La connaissance de soi peut-elle être sincère ? Vergely n’a pas tort dans son ouvrage intitulé De l’Utilité de la Philosophie, quand il dit que « la philosophie est le devenir de la religion ». Car il s’agit dans ce cas de feindre l’amour, il n’y a sans doute pas de cruauté sentimentale plus grande que celle-ci : faire de l’amour (suprême remède à toute névrose) un mirage, une illusion. Les femmes n’ont ainsi pu ,en France, être avocates qu’à partir de 1900, les femmes ne purent faire des études de médecine qu’à partir de 1908 ! Alors que la vie du philosophe est une vie indépendante consacrée au bien de l’âme, celle du sophiste est obligée de frayer avec la bassesse et l’ art de flatter. Or, les extrêmes ne sont jamais bons et finissent toujours par se rejoindre ! Oui mais justement, c'est dur car dans ma tête pour moi le suicide est bel et bien un crime et je n'arrive pas tellement à trouver d'arguments contre... Quelques exemples de termes logiques : alors, ensuite, de plus, par ailleurs, par suite, par conséquent, toujours est-il, car, mais, en effet, cependant, néanmoins, donc, de même que, il s’ensuit de cela que…, c’est pourquoi, ainsi, aussi, si bien que, en outre, dans le même ordre d’idées, parrallèlement à cela, de surcroît… La question revient à se demander si le courage procède de pulsions involontaires ou plutôt d’une raison saine, d’une âme bien éduquée ? Dans ce cas, le lecteur peut être désarçonné car il va avoir l’impression que la philosophie n’est pas une recherche de la vérité, mais une compilation d’opinions hétéroclites, et allant même jusqu’à la contradiction entre elles. En ce sens, on peut dire que l’individualisme s’est accru en même temps que l’on arrivait en Occident, à la société de consommation. Limiter territorialement le domaine d’action des femmes est un des aspects que peut prendre la guerre des sexes, et l’effort fait pour empêcher que la femme ne se considère comme étant un homme comme les autres. Évidemment parfois le sophiste et le philosophe se ressemblent nous dit Platon dans le Sophiste, par l’art de la réfutation. À un niveau spirituel, on pourrait dire que c’est la méchanceté ultime. Objection au Cinquième argument : Les ennemis de la philosophie l’accusent aussi de répandre le doute ; mais justement ce doute instillé par la philosophie au commun des mortels est profondément bénéfique. La femme demeure donc un être inférieur même dans ses qualités les plus remarquables, ainsi Gustave le Bon au XIXème siècle, affirme : « On ne saurait nier sans doute qu’il existe des femmes très distinguées, très supérieures à la moyenne des hommes, mais ce sont là des cas aussi exceptionnels que la naissance d’une monstruosité quelconque« . Si pendant longtemps, la femme n’a pas été perçue comme ayant autant de potentialités intellectuelles et existentielles que l’homme, c’est à cause des discriminations faites aux femmes. C’est plus d’ailleurs chez beaucoup de femmes une sorte de fantasme, il n’y a pas tant que ça de passages à l’acte ! ). Au niveau de cerveau, celui de l’homme est en moyenne plus lourd que celui de la femme. Mais des philosophes antiques comme les stoïciens ont eux, déclaré que les passions sont fondamentalement néfastes, et qu’il faut les vaincre pour parvenir à l’ataraxie (la paix totale de l’âme qui n’est plus troublée par aucun mouvement d’humeur). Créer le désespoir au lieu du bonheur et de la résilience. Si l’on veut réellement mourir, nous devons attendre un signe de Dieu car c’est lui seul qui nous a donné le droit de vivre donc il est le seul à pouvoir ôter la vie d’un individu tel qu’il soit. Objection 1 au deuxième argument : La philosophie, disent certains de ses détracteurs n’est pas une recherche de la Vérité, mais s’apparente à la sophistique. En amour, les femmes préfèrent les voix graves qu’elles associent à un caractère dominant. Mais pouvons nous pas prendre cet argument à l'envers ? C’est pourquoi B. Permet-il de faire grandir la dignité de la personne ? Dans le même sens , Goethe a écrit : « Le bonheur le plus grand est la personnalité ». J'ai bien pris en compte ce que vous m'avez dit et j'ai essayé de réorganiser mes idées en rajoutant des trucs, j'aimerais bien que vous me didiez ce que vous en pensez même si cela est encore incomplet notamment sur la première partie car je ne vois pas trop comment faire pour réduire cet aspect trop juridique : Tout au long de notre vie, nous nous demandons jamais vraiment, pourquoi vit on ? Et la encore je trouve pas tellement d'arguments contre, dans mon esprit tout est déjà bien arrêté. Néanmoins, si ont prend une définition plus large du crime, et que l’on considéré qu’un crime est une infraction aux valeurs morales, alors la oui on peut considérer le suicide en tant que crime car il ne respecte pas certaines valeurs morales comme l respect notamment de la vie ou encore de l'être, le courage ou encore la solidarité. Malheureusement pour les femmes, l’absence de pénis a toujours été perçue de manière négative par les phallocrates qui ont vu dans le phallus comme le sceptre du pouvoir. Ainsi, par exemple, quel est le ministre qui se permettrait de remettre en cause les mathématiques, et de vouloir les éliminer du parcours scolaire ? Argument 3 : De cette discrimination spatiale, on peut passer facilement à une discrimination politico-religieuse ( la sphère politico-religieuse étant bien entendu la sphère du pouvoir : pouvoir temporel et pouvoir spirituel). Pour arriver au bonheur, elle nous convie à nous recentrer sur le présent, seul moment réellement concret. On peut donc dire, que c’est un manquement grave au devoir humain et social. Ou, au contraire, la philosophie n’est-elle pas non seulement utile, mais même vitale pour l’être humain ? Il y a chez le séducteur invétéré, non une force de caractère, mais une faille dans l’estime de soi qui le pousse à combler en permanence une brêche narcissique dans son ego. On a souvent dit que l’empereur compensait sa petite taille par une soif de pouvoir insatiable. L’amour n’est possible qu’entre égaux. Premier argument : La séduction relève de la manipulation dans la mesure où ce n’est pas uniquement un art rationnel, mais il dérive aussi en partie de l’irrationnel et de notre inconscient. Leur maxime récurrente « Supportes » est le principe même de leur sagesse. Mais avec le développement des machines, la force musculaire n’est plus forcément indispensable, et la femme peut être aussi qualifiée pour conduire un tracto-pelle qu’un homme. Le plaisir sexuel féminin était vu comme une sorte de puissante occulte inquiétante pour bon nombre d’hommes; ainsi l’adultère autrefois était surtout critiquée chez la femme en Occident, l’homme était plus ou moins excusable, il fallait bien qu’il satisfasse certaines pulsions… Et l’existence des prostituées tirait une partie de leur soi-disante légitimité par le fait que la mentalité sociétale encourageait certains comportements machistes. Et pour Voltaire, ceci est logique, car le ressort principal du courage n’est pas la vertu, mais les passions. Les différences ne sont pas d’ailleurs un problème en soi, ce qui pose problème, c’est surtout quand on induit de ces différences que la femme est un être de moindre valeur. L’individualisme n’est donc pas aussi aveugle et passionnel que l’égoïsme qui « déssèche le germe de toutes les vertus, l’individualisme ne tarit d’abord que la source des vertus publiques ». On peut ainsi dire qu’on passe de l’ennui aux ennuis ! Or, il peut s’avérer parfois difficile de faire cette démarche ; mais la philosophie a pour vocation d’être une recherche de la sagesse (l’étymologie du terme philosophie signifie d’ailleurs ):« j’aime » (philo en grec) « la sagesse » (sophia) en grec. Néanmoins, il faut trouver des moyens de le réguler. Avoir un bel esprit est toujours satisfaisant pour son ego, mais s’il n’est pas propre à l’action pratique, n’est-ce pas une vanité de plus ? Mais nous sommes arrivés à une société de consommation sexuelle avec un narcissisme de masse, et une confusion des sexes qui nous conduisent à des formes régressives de plaisir. Ainsi, dans ce cas la, on peut alors considérer que le crime est toujours un acte puni par la loi. En constatant ceci, on peut se dire que des disciplines comme l’économie, ou la sociologie ont plus d’importance et d’incidences directes sur la réalité, que la philosophie. Et dans nos sociétés contemporaines, la séduction passe aussi par le marketing avec des publicités alléchantes pour provoquer l’envie d’acheter de manière compulsive. Par ailleurs quand les femmes parlent de leur progéniture et des enfants, les femmes ne sont pas non plus futiles, car la jeune génération est toujours l’avenir de l’Humanité. ) les Idées de Beauté, de Vérité et de Bonté. J’avais bien lu la Bible, mais quoi ? Certains ont quand même voulu faire comme si le désir féminin était l’exacte réplique du désir masculin; ainsi dans les années 80 a été édité le journal PLAYGIRL, dans le même état d’esprit que PLAYBOY. Ainsi Rousseau, Condorcet, Kant et Hegel ont développé des philosophies différentes, et pourtant l’on peut dire quelque part que leur conception de la liberté humaine nous offrent un point de rencontre dans leur chemins philosophiques, dans la mesure où, pour eux tous, la liberté est un droit inaliénable de l’homme. Il n’y a pas d’égalité de droits entre hommes et femmes avec ce voisinage sociétale de la pornographie. Le travail s'oppose-t-il au loisir ? Ce défaut de la philosophie lui est constitutionnel, inhérent, car déjà Platon dans le dialogue le Protagoras disait : « Sur toutes choses, on peut faire deux affirmations exactement contraires ». Avec le « Je pense, donc je suis », Descartes fonde l’autonomie de l’individu dans la recherche de la Vérité. Le vrai se reconnaît à sa puissance argumentative. Épicure nous dit que la recherche du bonheur exige de la prudence et du discernement. Et on peut parler en quelque sorte d ‘une guerre des sexes traversant les âges et les continents. Aussi peut-on se demander si ce discours ambivalent se fait vraiment au bénéfice de la femme. La femme n’est donc pas « un homme comme les autres » puisqu’elle ne désire pas comme lui. Ainsi Vauvenargues constate dans ses Maximes et Réflexions que le seul sang froid ne saurait mener au courage sublime : « On ne s’élève point aux grandes vérités sans enthousiasme, le sang froid discute et n’invente point, il faut peut-être autant de feu que de justesse pour faire un véritable philosophe ». Hugo dans les Misérables montre aussi le courage à l’oeuvre dans les barricades lors des émeutes de Paris en 1832. La femme, étant considérée surtout comme le « sexe faible » a donc pâti d’une mauvaise réputation, et les philosophes n’ont pas été exempts de sexisme. Premier argument : Le proverbe, étant de l’ordre du dicton , est perçu comme une idée reçue, et pourtant, bien souvent, c’est une expression de bon sens. C’est pourquoi Poullain de la Barre en tire la conséquence suivante : « La douceur et l’Humanité des femmes fût cause qu’elles n’eurent point part au départ au gouvernements des États ». Et Épicure disait aussi, en ce sens : « Celui qui prétend qu’il n’est pas encore prêt pour la philosophie ou qu’au contraire, il est trop tard pour lui, est comme celui qui dit qu’il est trop jeune ou trop vieux pour le bonheur ». Nous nous croyons une société civilisée, mais quand aux abords de Paris, le long de l’autoroute dite « le périphérique », l’on voit de jeunes femmes attendre le client, peu vétues dans un froid glacial d’hiver; on se demande comment cela peut-il être ? Effectivement, il fait croire à notre entourage que personne ne pouvait nous sortir de la tourmente dans laquelle nous étions empêtré.. Ainsi la femme, en France, a en moyenne une espérance de vie de quatre vingt cinq ans, alors que les hommes, en moyenne, ont une espérance de vie de soixante dix-huit ans. Les autruches n’enfouissent pas leur tête dans le sable pour se cacher des prédateurs, mais elles rapprochent leur tête du sol en cas de forte chaleur. Et nous avons reçu ce type d’idées, comme nous avons reçu le lait dans notre état juvénil. La philosophie a donc déjà essayé de changer le monde, elle a en partie réussi grâce à l’avénement des Droits de l’Homme, et elle le fera encore demain. Ainsi le sophiste a recours à la flatterie, car il est dépendant de l’argent vis à vis de ceux qui lui en donnent. Dissertation de philosophie mthodologie: directives interact with argument passing to subprograms.  »Mais ce propos de Paul Valéry n’est-il pas discutable ? Ainsi Mai 68 a permis de débloquer « la chape de plomb » qui régnait jusqu’alors sur la sexualité, tabou énorme entraînant notamment chez nombre de femmes de la frigidité comme le montrait l’adage qui disait « une femme honnête n’a pas de plaisir » ! Si la séduction est une nécessité dans la relation amoureuse, elle n’est qu’une étape, pas une fin en soi. Si l’on considère qu’un crime est juste un acte passible d’emprisonnement alors le suicide ne peut être considéré en tant que tel car les individus ont le droit au suicide. ). Certaines âmes charitables disent que cette institution des maisions closes était nécessaire pour des raisons d’hygiène. Le proverbe se présente presque comme une sacro-sainte vérité, longuement expérimentée par la masse des gens. Par exemple, dans les Liaisons Dangereuses de Choderlot de Laclos, Valmont veut séduire une femme vertueuse Madame de Tourvel : « J’oserai la ravir au Dieu même qu’elle adore… Qu’elle croit à la vertu, mais qu’elle me la sacrifie ! Il prive la société de nos services. Comme par exemple, la fameuse phrase : « L’habit ne fait pas le moine », ou encore « Qui vole un oeuf, vole un boeuf! Et quand on n’a plus l’espérance de la survie, il faut non seulement faire preuve de vertu, mais aussi de passion pour partir « la tête haute ». Sur les affiches publicitaires et dans les magazines, on ne cesse de nous montrer la femme sous son aspect séducteur et charmeur. Ainsi, il arrive étant jeune que poussé par la curiosité de connaître le plaisir sexuel, on se mette à fréquenter une personne du sexe opposé uniquement pour savourer le plaisir, tout en négligeant la relation à l’autre. Il séduit, non parce qu’il est amoureux, mais parce que c’est un défi pour lui qu’aucune femme ne lui résiste. A) Avec l’éloignement dans le temps, l’esprit humain est fatalement amené à faire des caricatures. Voyez quelle frustration affective et sexuelle est produite dans les sociétés islamistes, et combien ces sociétés sont violentes et cruelles, baffouant les droits fondamentaux des hommes et des femmes. Les élèves entendent ainsi en cours de philosophie qu’ils doivent se départir des opinions convenues et advenues, qu’ils doivent apprendre à se méfier vis à vis de tout ce qu’on leur a enseigné jusque là. Pire que la jalousie, l’envie nous guette et nous ronge, comme le ver dans un fruit. Mais il est bien évident que le fait de pouvoir « tomber enceinte » dès l’adolescence fait que les jeunes filles ont tendance à être mâtures affectivement plus tôt que les garçons. Effectivement, il fait croire à notre entourage que personne ne pouvait nous sortir de la tourmente dans laquelle nous étions empêtré. Or pour Kant, comme il l’affirme dans De la Différence des Sexes, l’égalité de droits entre hommes et femmes est absolument fondamentale. Il y a donc une chosification massive de la femme dans la propagande médiatique actuelle. Le processus historique logique va de la barbarie à l’acquisition progressive de l’état de civilisation. Donc, l’on voit bien ici que l’aspect colérique du courage n’est pas univoque, il y a aussi dans le courage un aspect vertueux puisque celui-ci doit se plier aux ordres de la raison. Or, dans les scènes pornographiques, on a beaucoup de mises en scènes polygamiques. Mais l’accouplement n’est qu’un moment de l’existence, les êtres humains se trouvent donc la plupart du temps séparés de l’autre genre. Aussi Voltaire ajoute : « Les vraies passions donnent des forces, en donnant du courage ». Actuellement dans l’Éducation Nationale, c’est aussi la thèse qui prévaut avec un effort concentré sur l’accès des filles aux matières scientifiques et aux domaines peu réputés pour la gente féminine (comme par exemple, l’électricité, le bâtiment …) Si les femmes sont peu attirées en général par ces domaines, n’est-ce pas quelque part parce qu’on le leur a inculqué ? Car le courage nous fait non seulement affronter la peur, mais aussi parfois, comme nous venons de le voir, la crainte de la mort. Le XIXème siècle avait instauré la frigidité féminine en vertu; et le XXIème siècle est en train d’ériger la banalisation de la pornographie. Ce qui est certain, c’est que dans nos sociétés occidentales, le bonheur est trop assimilé au confort matériel, au bien-être charnel. Si l’on considère qu’u crime est juste un acte passible d’emprisonnement alors le suicide ne peut être considéré en tant que tel car les individus ont le droit au suicide. Premier argument : D’abord séduire est un phénomène naturel. L’organisation de la famille, la création des États, l’avénement du christianisme ont eu une influence déterminante sur la condition de la femme. Ainsi, nous pouvons donc nous demander si le suicide n’est pas un crime ? Il semble que la condition sine qua non du bonheur soit liée à l’ouverture à autrui. Sans parler du problème de la prostitution, une forme plus insidieuse et taboue d’exploitation sexuelle vient nuire à l’épanouissement de la femme, il s’agit du harcélement sexuel au travail. Ainsi depuis 1945, en France, la femme a le droit de vote ; elle a également obtenu le droit au divorce, et il y a généralisation sociétale du travail féminin. Ainsi progrès technique, confort et individualisme apparaissent comme un trio immanquablement lié. Rajoutant à cela, la notion de la mort qui est relativement abstraite pour nous les Hommes. Aussi Voltaire, dans son Traité sur la Tolérance remarque avec justesse : « La philosophie, soeur de la religion, a désarmé des mains que la superstition avait si longtemps ensanglanté ». Le suicide est-il vraiment l'affirmation d'une liberté ? Néanmoins ces idées reçues, par les proverbes et dans les contes sont quand même à nuancer : Parfois le crapaud reste un crapaud, même si on l’embrasse ! Les amoureux sont seuls au monde dit une expression populaire; or, c’est justement le contraire qui se passe avec la pornographie. Les femmes ne sont donc pas si faibles que ça puisqu’elles ont une longévité plus grande. Comme si c’était parfaitement normal toutes ces fleurs fanées avant l’heure, jetées par terre, foulées aux pieds ! Kant nous dit que le courage qui confine au sublime a le pouvoir de rendre présent l’Invisible, de nous y transporter, de nous élever de ce bas-monde contraignant vers ce monde idéal que nous devons vouloir. Dans le même ordre d’idées, Descartes disait qu’il était attiré par les femmes qui louchaient car sa meilleure petite amie dans son enfance souffrait de strabisme. Ainsi les récits de la Genèse ne sont pas faux « stricto sensu », ils sont profondément vrais à un niveau symbolique et métaphorique, mais ils ne sont pas vrais scientifiquement parlant ( car un jour correspondant dans ce cas là à environ un milliard d’années, ou du moins à plusieurs millions d’années à chaque fois). Dans le regard de beaucoup d’hommes, la femme est toujours plus « cet obscur objet du désir », qu’un sujet de droits qu’on traite d’égal à égal. Mais le viol n’est qu’une des manières multiples d’imposer sa force à la femme.  », « le crapaud peut se transformer en prince charmant ! Le courage procède donc d’une pensée vertueuse, comme dans ce cas précis : porter secours à autrui. Ainsi le philosophe André Comte-Sponville dans le Sexe, ni la Mort déclare : « Le sexe sans amour, comme cela ressemble à de la haine ! C’est le renoncement à l’amour qui paraît complétement incompatible avec la recherche du bonheur. Laissons de coté nos préjugés et demandons nous plutôt si le suicide va contre les valeurs morales ? Que risquons-nous à moraliser la politique ? Quant à la méchanceté, en ce qui concerne la traite des noirs, elle est évidente, car leur refuser le titre d’être humain à part entière, alors qu’en dehors de quelques détails physiques, ils sont conformés comme nous , cela relève d’une mauvaise foi patentée. Le problème des proverbes et des belles histoires pour enfants, c’est qu’on ne peut pas démontrer leur fausseté ou leurs limites de manière scientifique, d’où l’intérêt réel et consubstantiel de la philosophie ! Cependant, chose que nous contrôlons moins bien hélas, il faut pour être vraiment heureux un contact avec autrui. Always 25-50% Below Retail . Les Femen discréditent le féminisme, car l’exhibitionnisme n’incite pas au respect. Ainsi chez les grecs anciens , la vie heureuse consistait à savourer quand même les plaisirs de l’existence. Et ceci entraîne un cercle vicieux : comme les femmes qui se sont distinguées sont peu nombreuses, le genre féminin a peu de modèles identificatoires; d’où il en résulte comme conséquence que beaucoup de femmes s’estiment de peu de prix puisque ce sont les hommes, en général, qui se répartissent les plus beaux rôles et les fonctions les plus honorifiques. Mais quand on sait que l’oisiveté est aussi proverbialement la mère de tous les vices, on peut donc en conclure que la philosophie n’est qu’une activité réservée aux riches et aux nantis, aux gens débarrassés des soucis ordinaires de la vie (comme le boire, le manger et autres questions de survie). Car comme l’a dit Louise Michel « Avec l’avénement de l’égalité, il n’y aura plus ni la brutalité du maître, ni la perfidie de l’esclave ». Nancy Huston remarque également que « les clients qui ont des rapports sexuels avec des prostituées de l’âge de leurs filles ne se sont pas beaoucoup occupés de leur fille » en général ! Donc, dans cette perspective, la femme est même mieux « qu’un homme comme les autres » ! Dans la tradition philosophique, le genre féminin n’a pas été pourtant une préoccupation majeure pour les plus grands penseurs, qui se sont souvent contentés de reproduire le conformisme de leur époque quant à la question féminine. Mais qu’est-ce qui peut expliquer cette force des préjugés quant aux femmes ? Par exemple dans certains Etats, ironiquement, le suicide pouvait être condamné par la peine de mort. Ces terrains privés avaient un rendement agricole bien supérieur aux terres collectives, du fait que l’individualisme des paysans y était sollicité bien davantage que dans les terres communautaires. Tant qu’on a interdit aux femmes l’investigation de certains domaines, il est clair que les femmes ne risquaient pas de s’y illustrer ! Si la séduction ne recourt pas à la violence, alors on peut même dire que le viol est le contraire de la séduction. Ainsi beaucoup de saints ont renoncé à l’amour dans le couple, mais pas à l’amour en général. Mais comme le souligne Poullain de la Barre : la curiosité est au contraire, bénéfique puisque : « C’est une connaissance commencée qui nous fait aller plus loin et plus vite dans le chemin de la vérité ». Le respect de la femme passe aussi par une paternité plus responsable, et il faut souhaiter que les petites filles soient aussi bien accueillies que les petits garçons à leur naissance (ce qui est loin d’être toujours le cas, même en France ! Kant, dans un opuscule sur la différence des sexes dit que la femme doit se contenter de se vouer aux soins du ménage, de la cuisine et aux soins à apporter aux malades et aux enfants. Au-delà de toutes les guerres circonscrites historiquement parlant, il y a non seulement une lutte des nations entre elles, une lutte des classes, mais aussi hélas, une lutte entre les sexes. Platon ne fait pas une incitation au suicide par cette phrase provocatrice, il veut susciter en nous le « réveil de l’être ». La sagesse proverbiale véhicule des idées, des dissertation de philosophie principes moraux, surtout dans le but d’instruire la masse des individus. Si la séduction a traditionnellement si mauvaise réputation, c’est à cause du poids de la religion. Ainsi les parents, en général , ne donnent pas les mêmes jouets, aux garçons et aux filles. Mais de nombreux sondages et études sur la sexualité ont juste confirmé que c’était plus facile, quand on est de sexe masculin, de dissocier sexualité et amour. Le faite d'avoir choisir de mourir peut rejoindre une valeur fondamentale qui est celle du courage. Aussi Poullain de la Barre prend la défense des femmes en disant : « Voyant que les hommes leur avait ôté le moyen de se signaler par l’esprit, elles (les femmes) s’appliquèrent uniquement à ce qui pourrait les faire paraître plus agréables ». Commençons par analyser l’oppression faite sur les femmes en matière religieuse. A. Les proverbes sont, en effet, là pour donner des rudiments d’expérience à ceux qui n’en disposent pas encore ! L’individualisme garantit-il toujours l’épanouissement personnel ? Le respect de la femme passe par le respect de sa pudeur, et les anarchistes et autres libertaires ont tort de confondre le féminisme avec le puritanisme. L’individualisme peut alors s’opposer au formatage des esprits (actuellement ce formatage des esprits se fait malheureusement par des émissions de TV-réalité débilitantes, où s’exhibent tatoués et piercés du cerveau! Quatrième argument : La séduction a souvent été manipulation en politique. En effet, avec le développement de la lecture, les êtres humains se sont peu à peu affirmés comme sujets pensants autonomes (notamment par rapport aux institutions du pouvoir royal et du pouvoir ecclésiastique).  » n’est pas à recevoir sans quelque réflexion, ainsi un examen philosophique approfondi fait plutôt dire que c’est la passion ( partie constituante de l’amour) qui rend aveugle sur les défauts de l’autre plutôt que l’amour en soi. Par ailleurs, autant on reconnaît facilement les défauts d’autrui, autant il est plus difficile d’assumer les siens. C’est la fameuse thèse de la « main invisible » étayée par Adam Smith dans son ouvrage De l’Origine de la Richesse des Nations. Mais la femme doit avoir la force de réclamer le droit au romantisme. Quoiqu’il en soit la course à l’adultère généralisée nous amène à une faillite sociale et à un grand état de détresse pour les enfants souvent destabilisés par les divorces. Pour bien explorer cette problématique, il convient d’abord de définir ce qu’est l’individualisme. Pour tous les sujets, la référence à l’expérience journalière est indispensable. Or, les taureaux sont dichromates, leur vision se limite au noir et au blanc, le rouge n’est donc pas perçu par l’animal. La philosophie s’attache justement à ne pas abuser du langage, à ne pas prendre un mot pour un autre. Le courage paraît immanquablement lié aux sentiments extrêmes comme la haine et l’amour, de ce fait n’est-il pas plutôt passionnel que relatif à la vertu ? De nos jours, en France, il y a plus de femmes que d’hommes, par exemple, qui ont le BAC. Pour répondre à cette problématique, il nous faut d'abord définir qu'est que le crime ? Ainsi chacun ne pensant d’abord qu’à son intérêt particulier et à ses proches, concourrerait à la prospérité de l’ensemble. La manipulation peut être définie comme étant une emprise exercée par une personne sur une autre ou plusieurs autres dans le but de contrôler leurs actions ou leurs sentimments. Le courage n’est donc pas l’absence de peur. La poitrine n’a donc pas qu’une fonction érotique, mais aussi une fonction maternante. Nous pouvons dire qu’en étant pas l’auteur de notre propre vie, nous avons pour obligation de la respecter. Ainsi Jankélévitch, quand il médite sur le courage déclare : « Il faut commencer par le commencement. Premier argument : Vouloir extirper tout individualisme de la volonté des êtres humains est néfaste. Troisième argument : L’individualisme favorise de plus l’épanouissement personnel, car il s’est développé en même temps que l’accès au confort pour le plus grand nombre. Alors mettre fin à cette vie peut être considérer comme un pêché. Certes, l’individualisme véhicule avec lui des idées d’égalité et de liberté, mais il ne donne pas de modèle idéal d’amour et de compassion envers les autres, comme le font les grandes religions monothéïstes. On n’en finira jamais donc de philosopher, car chaque homme, s’il le veut, « s’il rentre en philosophie » peut voir sa vie transformer par l’aventure intérieure de son propre esprit. Ainsi Descartes dans le Discours de la Méthode, quand il énonce sa morale provisoire, avant d’entreprendre sa recherche de la première vérité (qui s’avérera être le cogito), affirme : « Ma troisième maxime était de toujours de tâcher plutôt à me vaincre que la fortune, et à changer mes désirs plutôt que l’ordre du monde ». Ainsi pour les femmes, l’art de la séduction passe souvent par le maquillage qui est de l’ordre de l’artifice embellisseur et du camouflage des défauts. Quelle est l’utilité concrète de la philosophie à un niveau individuel ? Cet adage était en réalité l’enseigne des auberges d’autrefois, cela indiquait clairement que le voyageur qui louait une chambre devait aussi dîner sur place. Aussi si l’individu peut revendiquer légitimement des droits (comme on le voit avec la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen), cela implique aussi qu’il assume certains devoirs envers la société et ses concitoyens. Premier argument : Le courage n’est pas sans passion, ni sans vertu, car il nous demande de nous dépasser et d’affronter notamment la peur. En France, à l’Assemblée Nationale, encore assez récemment des femmes députées se sont faites chahutées par leurs homologues masculins juste parce qu’elles étaient des femmes (le fait d’être en robe ou en jupe à la tribune provoquant des tollés inadmissibles dans un pays dit démocratique). Or, Napoléon avait une taille moyenne pour l’époque : 1 m 68 . Comte-Sponville s’exclame à ce sujet : « La femme n’était pas chez les Anciens, elle est à peine aujourd’hui dans nos lois l’égale de l’homme, comment auraient-ils pu l’aimer ? Vergely écrit ainsi : « Ce n’est pas Dieu qui est génant en philosophie. Excuse moi mais je ne comment pas trop ce que veut dire "expression de réprobation" en faite ? C’est à cause de cette chosification de la femme qui continue que les femmes souffrent d’une sous-estime d’elles-mêmes. Mais notre société occidentale, avec sa pornographie monstrueuse et sa propagande chosifiante sur la femme ne nous conduisent-elles pas aussi vers une crise de convulsions extrêmement violentes ? Ainsi de tout temps, on a souligné cette fameuse intuition féminine; la femme aurait une sorte de sixième sens, mais cela est un savoir obscur et semi-conscient, contrairement à la raison qui caractérise plus traditionellement le genre masculin. Freud a dénommé ce complexe d’infériorité chez la fillette : le complexe de Jocaste. Le suicide est un phénomène qui peut être interprété de différentes manières. Et quand la femme veut en savoir plus, on le lui reproche et on fait de la curiosité un vilain défaut féminin. Mais qu’un ministre ait osé le faire en ce qui concerne la philosophie montre déjà que ce n’est pas un domaine comme les autres. La perception du monde n’est plus seulement intuitive avec la philosophie, notre perception du monde devient réfléchissante. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si dans le Dialogue des Carmélites, Bernanos appelle aussi la sœur Blanche de la Force, qui souffre tant de la peur, sœur de la Très Sainte Agonie du Christ ; parce que cette jeune femme arrive elle aussi « à la foi qui soulève des montagnes » malgré sa peur constamment ressentie. Et voyez d’ailleurs comme ces philosophes sont si personnels, comment peuvent-ils alors s’enorgueillir et se targuer d’approcher la Vérité ? Troisième argument : Par ailleurs, pour connaître le bonheur, il faut arriver à ne plus se comparer sans cesse aux autres. Objection 2 au deuxième argument : La philosophie est une recherche de la vérité, s’exclament ses opposants, mais alors quelle prétention ? Cependant l’intimité d’une conscience en exercice ne pourra jamais se traduire par une équation algébrique ; et voilà pourquoi les ouvrages de philosophie nous seront toujours « utiles » au sens spirituel du terme. Ainsi certains malades atteints de maladie incurable doivent faire preuve de courage quand ils comprennnent le peu de temps qu’il leur reste à vivre. B. Or, nous savons que le suicide n’est pas puni par la loi, c’est une liberté civile. En Grèce Antique, lors de l’avénement de la démocratie athénienne, les femmes étaient confinées dans les gynécées ( au premier étage des maisons). Aussi, cessons de la considérer comme un vice. Chez les pigeons, le mâle tourne sur lui-même en gonflant ses plumes et en balayant le sol avec sa queue ouverte. Effectivement le geste « causer sa propre mort » devrait être appelé « suicide » uniquement par ceux qui le désapprouvent et il devrait être appelé « contrôle de la mort » pour ceux qui l’approuvent. Par conséquent, nous pouvons dire que le suicide étant une liberté civile et n’étant pas jugé par la loi pour la plupart des pays, cela n’est pas considéré comme un crime. D’ailleurs, le suicide est un acte traditionnellement condamné par les doctrines religieuses. Il est évident que la mixité a permis en France la consolidation et le renforcement de l’égalité des droits entre hommes et femmes. Ce lien entre violence et courage ne laisse pas d’étonner le philosophe lévinas qui déclare : « L’on reste stupide devant cette étrange vertu qui détiendrait le pouvoir de diffuser de la valeur, jusqu’à rendre la violence admirable ». Le projet marxiste passait notamment par la collectivisation des terres et des moyens de production. Cela ne veut pas dire de manière caricaturale que toutes les filles sont « fleurs bleues », tandis que les garçons seraient dénués de tout romantisme et de tout sentiment. Premier argument : La philosophie est absolument nécessaire, car toutes les questions ne relèvent pas que de la science ou la technique. Le renoncement ne doit donc pas non plus être confondu avec le sacrifice. Mais cet usage familier du terme est un usage tronqué. Cela dépend réellement de la définition du mot crime. (comme en témoigne la célèbre collection de livres Harlequin). Par là même, il n’est pas question de chercher sa préférence sur un problème posé ; mais de s’efforcer d’aller vers le vrai. Troisième argument : Ce qui montre que le courage est de plus, plutôt passionnel que lié à la vertu, c’est qu’il est souvent accompagné d’actions violentes. ) , sans que personne n’y trouve à redire, comme si c’était parfaitement normal ! N’y a t-il pas de pire tristesse que celle de mourir non réconcilié? Néanmoins, s’ils ont prend une définition plus large du crime, et que l’on considéré qu’un crime est une infraction à la morale, alors la oui on peut considérer le suicide en tant que crime car il ne respecte pas certaines les valeurs orales. La simple satisfaction des besoins vitaux nous apporte le confort dans l’existence, mais il n’est pas suffisant pour l’être humain. Selon Épicure, en effet, il faut savoir reconnaître les désirs naturels et nécessaires (comme le boire et le manger), des désirs naturels non nécessaires comme la sexualité, et les désirs vains (qui eux, ne sont ni naturels, ni nécessaires) tels le désir de gloire et le désir de fortune. Car si les femmes sont préoccupées par leur allure et leur beauté en général, (parlant par exemple de vétements et de maquillage), c’est bien aussi parce que le premier mérite reconnu à la femme est d’abord son aspect physique.  Ce doute est salvateur, car il permet d’éviter le fanatisme et l’intolérance, et sans doute que l’Islam est encore aussi meurtrier parce qu’il n’ a pas eu comme le christianisme son siècle des Lumières. Lévinas trouve le courage tellement passionnel qu’il le qualifie d’ailleurs « d’étrange vertu ». C’est pourquoi, nous pouvons nous demander si un crime est obligatoirement un acte puni par la loi ? Ainsi dans la Genèse, le mythe du Jardin d’Éden nous présente un serpent corrupteur, parce que séducteur. Et si ces gens ricanent en disant qu’une utilité ne peut être que pratique, nous leur ferons remarquer que l’homme ne se nourrit pas que de pain et d’eau, que l’homme ne peut être réduit à sa sphère physique, à son aspect simplement corporel. Alors que l’égoïsme nous fait tout rapporter à nous-même et nous pousse logiquement à la violence, l’individualisme est « un sentiment réfléchi et paisible qui dispose chaque citoyen à s’isoler de la masse de ses semblables et à se retirer à l’écart avec sa famille et ses amis, de telle sorte que après s’être ainsi créé une petite société à son usage, il abandonne volontiers la grande société à elle-même ». Les femmes acceptent le sexe comme chemin de l’amour, et les hommes, l’amour comme moyen d’aboutir au sexe ». Bien sur le christianisme, comme toile de fond à notre société occidentale a sans doute eu aussi une influence; mais ce sont les philosophes du XVIIIème siècle qui ont vraiment saisi leur rôle en tant qu’instance inspiratrice pour l’amélioration de la société. Dans l’Art d’aimer, Ovide multiplie les conseils auprès de la gente des deux sexes pour séduire. Que répondre à cette accusation ? Premier argument : L’individualisme favorise l’épanouissement personnel puisqu’il est à l’origine de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, mais aussi de mai 68 qui a entraîné un assouplissement des mœurs, permettant aux individus de plus pouvoir réaliser leurs aspirations profondes. Nous vivons mais sans jamais savoir ce que c’est réellement que la vie. Ainsi prenons par exemple une croyance qui remonte à la « nuit des temps », la caricature qui est faite sur le comportement des autruches. Par ailleurs, Socrate a montré (d’après les écrits de Platon) que la vie du rhéteur est soumise à la volonté eu aux désirs de ceux qu’il enseigne. Cependant Platon dans la République, souligne bien qu’il ne peut y avoir de courage si cette « partie irascible » ne se soumet pas aux préceptes de la raison ( République, 442 c). Mais c’est cet esprit critique qui fait de nous des hommes libres, aussi Diderot disait : « Le premier pas vers la philosophie, c’est l’incrédulité ». Et dans les temps anciens, le viol n’était pas si scandaleux que ça. Quand les femmes seront conscientes que leur paire d’hémisphères cérébraux est plus importante que leur paire de fesses, alors les femmes seront vraiment libérées. Il va sans dire que les femmes dans ce type de société subissent une énorme pression sociale de la part de leur famille et des institutions étatiques relevant de l’Islam. Les sophistes cherchent l’efficacité payante dans leurs discours, il n’y a pas un idéal de vérité qui sous-tend leurs paroles. ) Le miracle, par contre, est qu’il y ait eu ce phénomène de marée basse au moment où le Peuple hébreu fuyait (ce que Jung appelait la « synchronicité » des événements). Deuxième argument : Il est, de plus, une autre différence essentielle entre hommes et femmes qui fait que l’on peut difficilement penser qu’une femme est « un homme comme les autres », c’est le fait que seul le corps féminin peut porter la vie. Dans le grand courant prostestant évangélique, par exemple, la femme n’a pas le droit d’enseigner pendant le culte lors de l’assemblée dominicale, on se réfère encore évidemment aux propos de Saint Paul, (propos relevant de l’Antiquité ! Je dis bêtises, car mes méchancetés ne sont jamais devenues des habitudes de pensées et d’actions. Le mérite de cette provocation intellectuelle de Nancy Huston est de mettre en relief le scandale de la prostitution en elle-même. Premier argument : Ce qui prouve que le courage est d’abord passionnel, c’est que celui-ci relève en partie de notre instinct de survie. ) Les conditions de travail dans ces maisons closes étaient, de plus déplorables, la prostitution n’était même pas relâchée pendant les règles et les grossesses. Comme Soraya ne veut pas suite à sa répudiation avoir de relations charnelles avec le mollah ; celui-ci et son ex-mari fomentent une rumeur pour l’accuser d’adultère et en être débarrassée. Si ce n'est pas le cas alors cette liberté que l'Homme possède est remise en cause car si nous ne sommes pas propriétaires de notre être, pouvons nous réellement lui imposer nos choix ? Il a fallu attendre la fin de la seconde guerre mondiale pour aboutir au démantélement des maisons closes (loi Marthe Richard du 13 avril 1945). Les hommes sont donc quelque part responsables de la futilité des femmes quand il y en a. Ainsi dans le dialogue Euthydème de Platon, un sophiste (Dionysodore) monopolise la parole pour tromper en disant que Socrate veut qu’un jeune homme dénommé Clinias devienne savant. De même l’expression « l’amour rend aveugle ! Mais le courage le plus grand est sans doute celui de l’aventure de la pensée, ainsi Anatole France dit « Le courage le plus rare est celui de penser », notamment celui de se cultiver en lisant les grands maîtres de sagesse, mais aussi penser par soi-même au-delà des opinions galvaudées et des institutions séculaires. Dans la pornographie, les acteurs sont dispensés de la drague et des préludes amoureux, voilà pourquoi elle est dangereuse pour la condition de la femme. Car face aux coups et au droit du plus fort, que pouvait faire la femme, si ce n’est ruser ? Aussi Épicure dans sa Lettre à Ménécée insiste sur cet aspect : « Il faut que le jeune homme aussi bien que le vieillard cultivent la philosophie ». Du fait que nous ne naissons pas avec un cerveau mâture, nous sommes forcément influencés et dépendants des opinions de notre entourage : famille, enseignants… De plus, eux-mêmes ont été enfants également, donc ils ont été indubitablement influencés par la doxa (opinion ambiante). Les femmes prostituées s’enlisaient alors dans une situation quasiment inextricable, cherchant à échapper à leur triste sort par l’alcool et autres drogues. On peut toujours rétorquer à ces propos qu’il y a bien des femmes « qui couchent avec n’importe qui », et qu’il y a aussi des prostitutées. Ici, on ne nous défini pas réellement ce qu’est un crime mais on sait juste qu’il est passible de sanctions. Mais comment les hommes seraient-ils vraiment heureux, si les femmes sont malheureuses, remarquait à juste titre Stuart Mill ? C’est pourquoi, par exemple, il est question de remettre au goût du jour le port de l’uniforme dans les écoles. Si une femme décide de vendre l’usage de son corps, qui pourra l’en empêcher ? Un individu n’est pas une monade isolée des autres, il appartient à un ensemble socio-économique et culturel. Mais parler de la voiture « dernier cri », ou des résultats de matches de foot n’est-il pas aussi frivole ? Ainsi pour ce même philosophe, « Philosopher, c’est apprendre à mourir ». Pour Machiavel, l’homme politique est séducteur, car il doit asseoir son pouvoir non seulement par la force (image du lion), mais aussi par la ruse (image du renard). Par exemple, l’exclusion de la femme dans l’espace politique et le champ de l’instruction pendant des millénaires de patriarcat explique le fait que les femmes n’aient pas été aussi « intellectuelles » que les hommes. Y a t-il plus d’avantages que d’inconvénients à cette pratique qui peut aboutir aussi bien à la production de centrales nucléaires qu’à la production de bombes atomiques ? Il est ainsi arrivé que le premier candidat reçu à l’agrégation de mathématiques soit une femme. Par exemple, quand on nous dit que le Peuple Hébreu fuyant Pharaon et son armée a trouvé la Mer Rouge fendue en deux pour pouvoir la traverser sans encombres; des scientifiques d’aujourd’hui pensent qu’il s’est plutôt passé un phénomène de marée basse, mais pas comme cela nous est raconté dans la Bible et les films Hollywoodiens (qui nous montrent spectaculairement la mer coupée en deux et faisant comme des murs d’eaux ! Société de classe et inégalités sont à l’origine de l’injustice sociale, a contrario et paradoxalement, l’individualisme favorise l’égalité et la démocratie, car il fait considérer tout individu comme un tout insécable et inaliénable pour la conservation de l’ordre moral. Pour être vraiment courageux, il faut donc un idéal. Le lien adoptif peut être puissant et positif, mais il ne peut se baser sur la source individualiste de l’être humain (comme dans le cas de l’enfant qui nous est lié génétiquement). Sous prétexte de philosopher, nous ne devons pas vivre au pays des chimères ! Or, ces témoignages peuvent être discutables. Deuxième argument : Par ailleurs, la séduction n’implique pas normalement la violence. L’homme et la femme sont différents, mais toute différence n’est pas une inégalité. Donc le courage est d’autant plus une vertu que parfois il se fait au-delà de l’espérance. À la Révolution Française, le changement de régime n’ a pas vraiment permis une nette amélioration de la condition féminine. Ainsi le philosophe Machiavel à l’origine de la notion de la Raison d’État a formulé ceci de manière magistrale dans le Prince. Pour sauver leurs petits des griffes des mâles nouveaux chefs de clan, les lionnes sont capables de se battre jusqu’à la mort vis à vis de leurs comparses masculins plus forts et plus volumineux qu’elles et qui ne veulent pas s’embarasser d’une progéniture qui n’est pas la leur. Nous répondrons à ces gens que la philosophie a une utilité spiriituelle. Les chercheurs ont cherché à voir s’il y avait des écarts de performance en mathématiques , entre les sexes, dans divers pays. Ainsi une femme plutôt jeune peut être séduite par un homme beaucoup plus âgé, car elle souffre d’un complexe d’oedipe mal résolu. Ainsi en Chine et en Inde, les infanticides et les avortements des filles sont un phénomène massif mettant en péril d’ailleurs leur équilibre démographique ! Alors mettre fin à cette vie peut être considérer comme un pêché. Par cette différence, l’Humanité est divisée en deux genres : le genre masculin et le genre féminin. Ce qui différencie essentiellement l’individualisme de l’égoïsme selon Tocqueville, c’est que l’égoïsme est « une tendance passionnelle » alors que l’individualisme est « un sentiment réfléchi et même plutôt paisible ». Ici, on ne nous défini pas réellement ce qu’est un crime mais on sait juste qu’il est passible d’emprisonnement. Car malgrè l’augmentation du chômage, le travail demeure toujpours le moyen d’intégration essentiel ; puisque c’est grâce à lui que l’on a des revenus décents, une identité et des droits sociaux. Le philosophe qui a bien distingué la différence fondamentale entre indidualisme et égoïsme est Alexis de Tocqueville, dans De la Démocratie en Amérique (Tome 2, partie 2, chap 2). Mais celui qui n’a pas le courage d’entendre la vérité sur le diagnostic de sa maladie incurable, comment pourrait-il faire cet examen de conscience ? En effet, certains postes à responsabilités étatiques demandent une énorme force de travail ; et cette formidable énergie à fournir trouve sa source dans le courage. Mais pas si bien ». Par exemple, un malade en phase terminale peut profiter du peu de temps qui lui reste pour demander pardon à ceux à qui il a fait du mal durant sa vie. Et sans idéal pour diriger l’intellect, la vie est fadeur et la mort une atroce conclusion comme le souligne Houellebecq dans son recueil de poèmes intitulé la Poursuite du Bonheur. Et les philosophes n’ont pas attendu Marx pour tenter de changer la société. Pyrrhon d’Élis (- 360 – 275 avant J-C) est justement le philosophe qui a mis à l’oeuvre un doute systématique durant son existence, à tel point qu’un jour où son ami Anaxarque était tombé dans une mare, Pyrrhon passa à côté de lui sans chercher à l’aider. Or, tous les patrons ne sont pas « à mettre dans le même sac », et avant d’être « un citoyen du monde » (expression qui vient des stoïciens), il faut bien d’abord être « citoyen d’un pays ». Le serpent (symbole du diable) est présenté d’ailleurs comme fondamentalement mauvais, car séducteur. Séduire n’est pas forcément manipuler, puisque séduire n’est pas fatalement mentir. Donc, le bonheur se situe plus au niveau de l’être qu’au niveau de l’avoir. C’est pourquoi Hobbes dans le Léviathan fait remarquer que « L’oisiveté est la mère de la philosophie ». Ainsi parcourant l’histoire de la philosophie, nous risquons de tomber dans le relativisme des valeurs et de sombrer dans le scepticisme, faute de mieux. Le courage est protéïforme, mais en général, on distingue souvent le courage physique (comme le courage militaire) et le courage moral lié à l’endurance dans les épreuves de la vie. D’ailleurs, la grande figure mythique du séducteur en littérature est le fameux Don Juan, un égocentrique par excellence. Philosophie dissertations - put out a little time and money to receive the essay you could not even imagine Forget about those sleepless nights writing your ... Or, la loi du plus fort avantage incontestablement la gente masculine ! On a l’habitude de qualifier la femme, de deuxième sexe, et aussi de « sexe faible », mais cela n’est pas vraiment justifié. Et le communisme, dans ses effets sociétaux s’est même révélé encore plus meurtrier que le nazisme. La femme est , en fait, pour beaucoup de choses un homme comme les autres, mais la société nous a longtemps fait accroire l’inverse, en retirant à la femme, la possibilité d’exercer un pouvoir temporel (politique) ou un pouvoir spirituel (religieux). Car avec la décadence de la pratique religieuse, les individus ne se sentent plus portés les uns vers les autres par des valeurs communes. La philosophie interpelle les consciences qui menacent de s’endormir. En effet, à force d’entendre que les hommes et les femmes sont vraiment différents, il y a un risque de certains dérapages : comme de se mettre à penser que les femmes ne sont pas des être humains à part entière, mais des être humains de second ordre, de genre subalterne. Dissertation De Philosophie Mthodologie Dissertation De Philosophie Mthodologie dissertation de philosophie mthodologieDissertation En Philosophie Mthodologie dissertation en philosophie mthodologie Math Homework Pages Write My Narrative Essay ... Toutes ces doctrines semblant se contredire les unes les autres peuvent étourdir l’esprit et lui donner comme une sorte de vertige intellectuel. Si l’on prend la définition juridique du mot crime, alors il se défini en tant qu’acte puni par la loi. Ainsi Simone Weil dans ses Cahiers de New York, au cahier 3 insiste sur ce renoncement quant à la temporalité, en acceptant notamment de n’avoir plus de prise sur le passé (il n’est plus, et est révolu), et de lacher prise quant au futur (car le futur n’est pas encore là, et on ne peut avoir aucune certitude quant à lui, et de plus : « à chaque jour suffit sa peine »). Peut-on vivre sans croyance ? Le corps féminin n’est pas simplement sexué, il est, qui plus est, une matrice, un réceptacle pouvant couver la vie humaine. De Broglie Phd Thesis LengthMost important assignment done the right way. Les médias insistent en permanence sur l’esthétique du corps féminin, les hommes ne subissent pas une telle pression sociale sur leur physique. Certes, Descartes n’en reste pas à ce doute inaugural dans sa démarche philosophique, mais il enseigne bien que la philosophie est une discipline où le doute est bien plus utilisé que dans n’importe quel autre domaine. Les idées reçues n’ont une telle puissance qu’à cause de la méchanceté et de la paresse intellectuelle, ai-je dit précédemment. ) Quatrième argument : La philosophie apparaît par conséquent quelque peu impuissante face aux maux de cette existence. On suggère donc en permanence que la femme est un objet, un objet sexuel bien entendu ! La philosophie, est utile, spirituellement parlant à tous les âges de la vie. Les proverbes ne sont-ils donc pas de bonnes idées reçues ? La métaphysique signifie éthymologiquement : ce qui est au-dessus (méta) de la physis (nature, physique). La philosophie est là pour nous faire penser au-delà des lieux communs et des phrases toutes faites. Persévérance, patience, le courage ne se résume pas à un simple mouvement passionnel, c’est de la force d’âme, autrement dit, de la vertu. Historiquement le communisme est bien une tentative concrète pour instaurer un autre type de société. Et, en effet, comment une vie, en quelque sorte une vérité, peut-elle prétendre à accéder au rang de philosophie, c’est à dire de mériter le titre d’expérience universalisante ? ) L’individualisme n’est donc pas un mal en soi, il fait partie de notre instinct de survie , et quel homme pourrait-il raisonner justement en contrevenant à son instinct de survie ? Un jeune homme de sa classe lui a écrit des lettres enflammées et donné un rendez-vous. Pour Machiavel, l’homme politique doit savoir au grè des circonstances user du lion ou du renard : « Le point est de bien jouer son rôle, et de savoir à propos feindre et dissimuler ». La maquerelle en profitait « pour gonfler » les prix de ces objets, donc il y avait une sorte de vol à ce niveau-là. L’utilitarisme pratique dont se targuent les pourfendeurs de la philosophie ne semble pas surchargé d’Idéalisme démocratique ! Le problème, c’est qu’actuellement beaucoup d’individus ne veulent pas faire leur devoir, car ils ne se sentent pas intégrés à la société. Même l’athée le plus convaincu, en voyant le monde ne peut objecter qu’ « il y a quand même quelque chose qui nous dépasse ».  Le sexe féminin est le « beau sexe » au sens fort du terme, et pas seulement « le sexe faible ». Dans le même ordre d’idées, Danton s’exclamait : « De l’audace, toujours de l’audace ». Nancy Huston va encore plus loin dans le raisonnement pour montrer qu’il est absurde : » Si les putes font un travail indispensable, instaurons le service prostitutionnel », comme autrefois on imposait aux hommes le service militaire. Donc, pour connaître le bonheur, se départir de son égoïsme, de son égotisme (tendance à se prendre pour le centre de l’univers) est très important. Rendre ces deux termes synonymes est donc un abus de langage. Mais comme l’homme est plus porté à l’action, de ce fait, il est aussi malheureusement plus porté à la violence. C’est qu’il y a des gens qui se suicident alors qu’ils ont un certain confort de vie (une aisance matérielle), et qu’il y a par contre des gens qui arrivent encore à être heureux dans des situations d’inconfort matériel ! Kant dans la Critique de la Faculté de Juger évoque aussi quelque peu le courage dans son aspect sublime. Or, en général, on n’associe pas le bonheur avec la notion de privation. Quand on nous insulte, par exemple, on nous traite comme si nous étions sans mérite, sans vertu, et cela provoque une saine colère amenant au courage. Seulement , Napoléon était souvent vu aux côtés des hommes de sa garde impériale sélectionnés pour leur grande taille. Mais sur la question de la liberté, par exemple, les philosophes sont tous d’accord maintenant pour soutenir qu’il en va de la dignité de l’homme « d’être libre » au sens politique du terme. Et c’est bien ce qu’ont fait Socrate et Jésus, ils ont tendu vers l’Esprit pour apporter la véritable sagesse aux hommes ; et ils ne l’auraient pas fait s’ils n’avaient pas eu le courage, cet alliage de vertu et de passion. J'ai bien lu la méthodologie du prof mais je trouve cela toujours relativement abstrait alors voici mon sujet est "le suicide st il un crime ? C'est dur la philo. Ainsi à force de philosopher, ne se met-on pas à douter de tout ? Une transition se fait au terme de l’argumentation d’une partie ; il s’agit de faire un bilan très bref et de relancer la question. Laure Adler, dans son étude sur les maisons closes a montré que dans ces établissements, les femmes n’avaient du plaisir qu’avec leur préféré. Pour Tocqueville, par contre, l’aristocratie est du côté de la communauté et de la solidarité de classe. Au contraire, si on examine bien les choses, il semblerait que c’est quand même la femme qui est la plus portée au romantisme; et c’est donc bien pour ça, encore une fois, qu’elle n’est pas « un homme comme les autres »! Dans les cafés, les femmes n’étaient pas facilement bienvenues, et le peu de femmes que l’on voyait dans les bars étaient souvent, en fait, des prostituées. Dans la recherche de l’Éros où on accorde prioritairement la place à la soif du plaisir physique, le problème c’est que l’on utilise l’autre comme un moyen et qu’on a pas de sentiments réels pour la personne que l’on fréquente. Cela est inéluctable et heureusement !! Et le propre de l’état de barbarie, c’est la revendication du droit du plus fort. ". ARGUMENTATION MAJEURE : Force est de constater dans nos sociétés actuelles, que l’égalité des droits entre hommes et femmes a fait des progrès indéniables. On nous dira que des philosophes plus tardifs ont été par contre athées comme Sartre, ou Camus. C’est pourquoi, nous pouvons nous demander si un crime est obligatoirement un acte puni par la loi ? En tout cas merci, tes questions vont bien m'aider! Si on ne veut pas sombrer dans les clichés et les idées reçues, il faut donc réajuster son esprit critique en permanence; car on peut toujours tomber sur l’exception qui confirme la règle. Le propre dune question de philosophie, cest quelle pose plus ou moins explicitement un problème. Évidement, au fur et à mesure que les sciences se développent et progressent, il y a moins d’idées reçues dans le domaine des sciences, mais comme nous avons tendance à nous fier d’abord à nos sens, beaucoup d’idées reçues sont encore « reçues » par une grande masse de gens, relayées par les médias comme par exemple le fait que boire de l’eau fait maigrir ou grossir . Car il y a quelques siècles, en effet, c’était l’inverse, il y avait plus de femmes internées que d’hommes. Il semble à première vue que les idées reçues soient partout : à l’école, à la télévision, véhiculées par la famille, la religion et les proverbes, us et coutumes. En même temps, une femme qui pense est toujours vue comme la pire des insolences à l’ordre soit disant établi ! Il est évident que cela n’encourage pas les femmes dans le sens de la beauté intérieure; or, c’est cette beauté intérieure qui permet de faire un couple durable. La démarche philosophique désormais s’enracine dans l’individu. C’est pourquoi, en URSS, les dirigeants soviétiques furent obligés de laisser des petits lopins de terre privés aux paysans. Troisième argument : Les femmes ne sont pas non plus des hommes comme les autres, car du fait que leur taux de testostérone est vingt fois inférieur à ceux des hommes, elles ont tendance à être plus passives que les hommes. ) Mais les femmes ont été aussi discriminées au niveau politique. Constatant la rareté des femmes dites exceptionnelles, beaucoup de petites filles peuvent finir par se dire que les femmes sont quelque part inférieures aux hommes en général … Le problème pour les femmes actuellement, c’est qu’elles manquent encore historiquement parlant de modèles de référence, de modèles identificatoires . L’uniforme serait alors l’expression d’une socialisation qui viendrait contrecarrer l’individualisme trop prégnant dans notre société de consommation. Il n’y a quà lire Platon pour s’en apercevoir. Cela dépend réellement de la définition du mot crime. Les seules femmes que l’on voyait dans la police, l’armée et la gendarmerie étaient les secrétaires et les femmes de ménage ! Il entretient la guerre des sexes. La plupart des femmes interrogées ont avoué recourir à la prostitution pour des raisons financières, et non par goût de la débauche. De même, au moment du rut, dans de nombreuses espèces comme les cerfs, les élans, les mâmes s’affrontent avec courage pour être les maîtres du harem, et ceci dans des combats qui peuvent entraîner des blessures mortels. Les gens qui mènent une vie religieuse ont renoncé à beaucoup de choses puisqu’ils font vœu de chasteté, de pauvreté, d’obéïssance. Si les hommes s’intéressaient davantage à la beauté intérieure des femmes, il n’y aurait pas sans doute chez la femme à un tel souci de l’esthétique de son corps et de son visage. Argument 2 : De cette loi du plus fort, et pour conserver ses prérogatives, les hommes faisaient en sorte que les femmes soient discriminées socialement parlant dans l’occupation de l’espace. C’est un Dieu qui n’ouvre pas la pensée qui est génant, un Dieu bête » (aussi bête que la pensée d’un intégriste notamment). Mais avant d’arriver vraiment à l’application de ce principe de vie, combien d’écueils faut-il éviter ? On peut voir que le suicide n'est pas considérer de la même façon d'un pays à l'autre. Quand on n’espère plus l’amour d’ailleurs vient souvent la décision de mettre fin à ses jours. Avec le développement de la science, la philosophie devient donc encore plus nécessaire car l’Humanité est arrivée à un certain degrè de développement et de mâturité telle qu’elle n’est plus « dans son enfance » à se contenter d’explications mythiques. Autrement dit, la femme est considérée comme le sexe subalterne, et non seulement on déplore le manque de raison dans la femme, mais aussi le manque de volonté. Ainsi, en France, la loi salique empêchait le régne monarchique féminin, la couronne n’était hérédiraire que de père en fils . La différence des sexes, peut-on dire, est la différence des différences; qui se retrouve du règne végétal au règne animal jusqu’au règne humain. Le père de Soraya est d’ailleurs celui qui lui jette la première pierre ! Si cette tendance est généralisée dans une société, alors il y a la montée des incivilités comme les infractions au code de la route, par exemple. En effet, si le fait de se donner la mort est en premier lieu un acte contre sois-même, d’après le loi divine, la destinée de l’Homme appartient à Dieu et le suicide constitue alors une rupture dans la relation de l’homme avec Dieu. Le droit à l’héritage pour les femmes en France n’a été légal qu’à partir de 1791 (c’est un des petits acquis de la Révolution pour les femmes). L’activité de penser certes est encore invisible à l’oeil nu, mais elle existe pourtant, et c’est ce qui fait la profondeur du regard d’un individu. Alors que pour un philosophe comme Spinoza, philosopher, c’est apprendre à vivre. Une femme vraiment libre veut plaire à celui qu’elle aime avant de chercher à renflouer un égo défaillant par un narcissisme provocateur. La philosophie n’apparaît alors que comme une sorte de luxe qu’on peut se permettre quand on a du temps libre. L’individualiste, au contraire, se caractérise en général par son désir d’indépendance et d’autonomie vis à vis des autres.  ». Autrement dit,, selon Aristote, le courage ne saurait être pensé conceptuellement sans être considéré comme une vertu. Le courage est une vertu inaugurale. Développer sa sensibilité, affermir son caractère, affiner ses dons et ses goûts, compte encore plus que l’acquisition ou la possession d’ objets extérieurs. Être heureux nécessite donc d’avoir recours à l’intelligence, à la réfléxion. Autant la paresse, est dit-on la mère de tous les vices, autant, au contraire, le courage est le père de toutes les vertus ! Un suicide est la plupart du temps un échec... Robespierre est sans doute le révolutionnaire qui a le plus compris que le changement social ne pouvait advenir sans le culte de cette force ultime et génésique de l’univers, qu’il appelait « le culte de l’être suprême » auquel il voulait adjoindre le culte de la déesse Raison (en quelque sorte la philosophie! Cet esprit critique développé par la philosophie est absolument nécessaire à une société dite démocratique aussi Gusdorf a écrit : « La philosophie, dans son ensemble, refuse de valider le droit du plus fort; elle pourrait se définir comme le passage de la violence à la raison ». Du fait de cette capacité remarquable, il y a beaucoup d’idéalisation parfois sur le corps de la femme, et on associe le caractère féminin à la tendresse et à la douceur. Ce qui confirme bien que la pornographie est néfaste pour la condition de la femme. Don Juan, comme Johannès est un être immâture, incapable de fonder une vraie relation avec une femme. Quatrième argument : En outre, une partie de l’oppression faite aux femmes relève de l’exploitation sexuelle. La philosophie nous a fait découvrir le champ conscient de notre esprit, mais aussi son aspect inconscient, la philosophie nous a permis une amamnèse maginifique sur nous-même, à nous accepter avec notre histoire, et à nous aimer pour être un être humain fréquentable pour les autres. Bien sur que si, hélas ! Ne satisfaire que nos bas instincts et ne pas développer son intelligence ne laissent qu’amertume ; car notre être, pour s’épanouir a besoin de la croissance de notre intellect, comme le végétal a besoin de lumière pour pousser. Donc la philosophie moderne ne s’est pas départie de ce tourment métaphysique. Et nous pouvons d’emblée affirmer que la misandrie est beaucoup moins répandue que la mysoginie. En effet, si le fait de se donner la mort est en premier lieu un acte contre sois-même, d’après le loi divine, la destinée de l’Homme appartient à Dieu et le suicide constitue alors une rupture dans la relation de l’homme avec Dieu. Pour être heureux, il faut adapter ses désirs aux possibilités concrètes que la réalité nous présente. Alors qu’un philosophe se demandera pourquoi produire une telle énergie ? Donc, avoir une vie de l’esprit, et pas uniquement une vie physique, est ce qui nous garantit le plus de joie. Ainsi , en sciences, par exemple, on se demandera comment s’effectue concrétement la loi de la chute des corps, et on calculera la vitesse d’un objet qui chute à tel ou tel instant de son parcours. C’est un faite, nous vivons mais en réalité nous ne savons pas vraiment pourquoi ? C’est à partir du moment où on a pris conscience de la valeur de l’individu qu’on lui a accordé ses droits fondamentaux comme le droit d’avoir des opinions propres, la liberté de culte, la liberté d’expression… L’individualisme au sens politique ne saurait donc être renié comme une aberration. Notre inconscient collectif, par ce type de mythe fondateur associe donc séduction et tentation. Nous vivons mais sans jamais savoir ce que c’est réellement que la vie. Par contre, il est bien connu, que pour les hommes, il est plus facile de dissocier sexe et sentiment. Entre la burqua, et la mini-jupe, il y a un juste milieu ! Si l’on veut réellement mourir, nous devons attendre un signe de Dieu car c’est lui seul qui nous a donné donc il est le seul à pouvoir ôter la vie d’un individu tel qu’il soit. Un proverbe, en effet, se présente comme un échantillon de sagesse. Puis, du fait aussi de leur plus grande force musculaire, les hommes en ont déduit qu’ils étaient les chefs. La plupart étaient surexploitées financiérement, ne pouvaient épargner et toutes étaient quasiment surendettées vis à vis des souteneurs et maquerelles. On finit par faire croire aux fillettes que leur vie professionnelle n’est pas aussi importante pour elles que pour les garçons; ce qui ne prédispose pas ensuite les filles à être ambitieuses dans leur orientation et leur choix d’études. Forcément la philosophie se nourrit et se bâtit dans l’expérience de son auteur; Nietzsche disait d’ailleurs de lui-même « j’ai écrit ma philosophie avec mon sang » pour souligner à quel point la recherche du sens de la vie se fait toujours à partir de sa propre vie. La philosophie est cette discipline qui nous permet de prendre du recul par rapport à nos préoccupations simplement matérielles. Dans ces cas, il y a renoncement à l’argent, à la sexualité, à la liberté . Par cette définition, Schopenhauer nous montre bien encore une fois que le doute n’est pas accessoire en philosophie, mais qu’il est même fondamental quand on veut se questionner sur les grandes valeurs de l’existence. Or, insiste le sophiste, « vous désirez que Clinias devienne sage ? Ainsi Simone de Beauvoir pense qu’une éducation mieux conçue (avec moins de stéréotypes) aiderait à l’émancipation du genre féminin. Mais comme le courage physique est plus visible de manière immédiate par la force musculaire, on a souvent fait du courage d’abord une qualité virile, masculine. Cet individualisme peut générer une mentalité nihiliste pouvant mener à l’anarchisme. Ainsi Tocqueville (toujours dans De la Démocratie en Amérique) a remarqué que la passion démocratique repose sur un individualisme égalitariste. Par exemple, la philosophie nous enseigne que l’essentiel de l’existence n’est pas l’argent, mais elle ne nous permet pas, en général, concrétement de pallier au manque d’argent. Ainsi dans les cours de récréation, les filles ont tendance , en moyenne, à avoir un commportement plus statique que les garçons dans leur jeux. Ainsi spontanément, le souci du bien être porte naturellement plus les être humains à l’individualisme qu’au communautarisme.  » Le cas de Simone Weil nous le démontre d’ailleurs. La séduction, étant de l’ordre du consentement, et non de la contrainte physique ou morale, ne peut être jugée d’emblée comme étant fondamentalement immorale. Ainsi, de nos jours, on ne trouverait pas un philosophe qui soutiendrait la légitimité de l’esclavage. Le courage n’est donc pas un simple dressage social, comme on dit qu’un bon soldat obéît toujours aux ordres de ses supérieurs. Ce désir de séduction permanent que l’on retrouve chez beaucoup de femmes est une marque d’immâturité affective. La philosophie permet d’avoir des échanges plus intéressants avec les autres, elle nous fait également découvrir le vrai sens de l’amitié en nous incitant à des conversations qui reviennent à l’essentiel, et plus seulement englués dans le banal et le quotidien. Il y a en ce sens un aspect sublime de la philosophie. Et si la philosophie est née en Grèce Antique à Athènes au Vème siècle avant J-C, ce n’est pas un hasard, car ce sont les hommes libres qui ont élaboré cette discipline, tandis que les esclaves étaient asservis à la réalisation des tâches pénibles, mais pourtant (oh, combien indispensables ! La prêtrise est toujours interdite aux femmes, s’appuyant d’ailleurs sur des propos de Saint Paul qui déclarent que la femme ne saurait professer en matière religieuse. Ainsi Aristote dans l’ Éthique à Nicomaque indique que le courage sera « une juste moyenne entre la crainte et la hardiesse ». La taille moyenne des hommes est également plus élevée que celle des femmes. Par conséquent, nous pouvons dire que le suicide étant une liberté civile et n’étant pas jugé par la loi pour la plupart des pays, cela n’est pas diy themes thesis hooks considéré comme un crime. Simone de Beauvoir tire de ceci l’adage suivant : « On ne naît pas femme, on le devient ». Mais cette idée reçue pendant des siècles s’explique du fait qu’avec nos sens, nous voyons le soleil se lever, se coucher, bouger dans le ciel au cours de la journée; tandis que nous ressentons que la Terre est immobile de manière physique. Ainsi de multiples études ont montré que les hommes à la voix grave ont davantage de succès en amour et en politique. Cinquième argument: La philosophie ne semble donc pas avoir de prise tangible sur le réel la plupart du temps, et paraît même favoriser l’inaction par sa tendance à valoriser le doute. Ainsi Lichtenberg écrit : « Il se livrait au trafic d’opinions, il était professeur de philosophie ». Etre sincère, c’est penser ce que l’on dit , ne pas jouer un rôle, une comédie sociale.  » se disent-ils. Personnellement, les seuls avantages que j’avais trouvé à ce type d’expérience quand j’étais jeune, c’était de m’avoir déniaisé d’une couche de romantisme propre à faire de moi « une bonne soeur » et de m’avoir fait comprendre concrétement (c’est à dire de manière ressentie) que la recherche du plaisir physique seul est dérisoire. On peut se demander est ce que le suicide est une mort digne ? Car Nietzsche n’est pas devenu fou sur un simple coup de tête, dans la survenue de sa folie, il y a une reconnaissance existentielle de l’Absolu de la part de ce philosophe car il se prosterne finalement devant l’Idée de Bonté puisqu’il est pris, saisi de compassion pour une pauvre bête martyrisée par son maître ! La division sexuelle des êtres n’est donc pas un détail anecdotique, mais une donnée fondamentale de la nature. On dit parfois que le bonheur n’est réservé qu’aux gens peu intelligents et qui ne se posent pas trop de questions, mais cela est une vue précipitée et superficielle du sujet, ainsi Voltaire déclarait : « Je me suis dit cent fois que je serais heureux si j’étais aussi sot que ma voisine, et cependant je ne voudrai pas d’un tel bonheur ». Deuxième argument : La séduction est d’autant plus manipulation qu’à travers elle s’exprime une volonté de prise de pouvoir sur l’autre. Pour qu’il y ait du respect envers elle, la femme doit protéger son « jardin secret », la femme a droit au plaisir dans l’intimité. Ce type d’assertions nous les avons reçues dès notre plus jeune âge comme des vérités philosophiques nous permettant de débroussailler notre découverte du monde, quand il s’offrait à notre expérience dans les débuts de notre existence. Auparavant, il n’y avait pas de même des femmes policières ou militaires . C’est pourquoi le philosophe Vauvenargues a formulé ceci en aphorisme : « L’art de plaire est l’art de tromper ». Nous pouvons dire qu’en étant pas l’auteur de notre propre vie, nous avons pour obligation de la respecter. Mais dire que les autruches s’aveuglent par peur est une opinion reçue depuis fort longtemps, car Pline l’ancien au premier siècle de notre ère faisait déjà la remarque suivante : « Les autruches sont les animaux les plus stupides du monde. Nous pouvons même dire que le courage est une passion qui raisonne contre la peur, donc une vertu ! Ainsi, nous pouvons donc nous demander si le suicide n’est pas un crime ? On y voit une femme d’âge mûr, battue et répudiée par son mari au profit d’une très jeune adolescente ( quatorze ans ! Et Platon rajoute par la bouche de l’Étranger d’Élée : « L’homme avisé doit toujours être en garde contre les ressemblances, car celles-ci sont un genre très glissant ». Fréquenter les philosophes et la compagnie de leurs livres, cela développe indéniablement une capacité critique à notre esprit. La séduction, de plus n’est pas que dangereuse en politique, mais aussi dans le domaine religieux où la séduction peuut conduire à des phénomènes comme le fantisme ou encore les sectes. Et le fait que Nietzsche soit devenu fou après avoir embrassé un cheval maltraité ne montre t-il pas d’ailleurs que finalement il a reconnu « dans sa chair et dans son sang », la primauté de l’Idée de Bonté ? Premier argument : La philosophie paraît être une discipline inutile car très souvent dans l’histoire de la philosophie, divers auteurs et penseurs ont professé des doctrines contraires les unes aux autres. Argument 1: La discrimination envers les femmes s’explique par l’état de barbarie généralisé au départ dans le genre humain. Le courage nous permet d’affronter la peur jusqu’à l’ultime don de soi. Ainsi, nous pouvons considérer la vie comme quelque chose de sacrée, la vie n’est pas un choix mais plutôt un devoir. Ainsi Platon alla à Syracuse pour persuader le tyran Denys II de mettre ses projets de réforme en pratique. Objection au Sixième argument : La philosophie ne sert pas la vie concrète, ni à un niveau collectif (ce que nous venons de contrecarrer), ni à un niveau individuel, ajoutent les détracteurs de la philosophie. Cette interrogation est paradoxale, puisqu’ici on lie le fait d’être heureux avec le renoncement. Cependant, nul ne peut se vanter d’être courageux tant qu’il n’a pas été mis à l’épreuve. Il est logique qu’un tel déséquilibre entre les sexes dans l’exercice du pouvoir politique pose alors la question de la parité ( 50 ans après l’accès des Françaises à la citoyenneté). Car l’exemple que nous venons de relever sur le thème de la mort, peut être appliqué à quasiment tous les domaines qu’aborde la philosophie. Ici la présence du « ou » est très importante car il sous entend que le crime n’est pas obligatoirement, un acte puni par la justice. Et d’ici là, il ne faut pas renoncer au bonheur ! Côté filles, on offre encore des poupons en celluloïde et des services à thé; côté garçons : c’est le monde de la guerre (armes, figurines de soldats, chevaliers playmobile), le monde de l’aventure et de la science. La fréquentation des philosophes a nourri notre soif de savoir bien plus que des dogmes religieux plus propres à régenter des époques antérieures où la science n’était pas aussi développée. Par conséquent, on peut aussi considérer le suicide comme une mort indigne. Il ne faut pas renoncer à prendre en compte nos désirs profonds, car la recherche du bonheur passe par un exercice constant de la réflexion. Paraît incongrue; l’expression « idée reçue », en effet, est connotée de manière très négative. Mais en y allant, le jeune homme lui a alors dit qu’il voulait juste se moquer d’elle, la jeune femme a fondu en larmes et a cru ensuite qu’elle ne pourrait jamais plaire à un homme (d’autant que sa mère voulait un fils à sa place, et qu’elle ne lui a jamais dit qu’elle était belle). Mais la philosophie est aussi la science des sciences, le savoir des autres savoirs, car elle est la discipline qui réfléchit sur tous les autres domaines de l’activité humaine. Quant aux protestants, même si les pasteurs ont le droit de se marier, il n’y a par contre que dans une minorité d’obédiences protestantes que les femmes peuvent être pasteurs . Ainsi, au niveau des sciences et des techniques, les questions sont circinscrites au niveau du comment, tandis qu’au niveau philosophique, les questions sont infinies, car elles relèvent du pourquoi. De même, le résistant Pierre Brossolette fit un acte admirable, quand un instant seul, au troisième étage d’un de ces lieux de torture de la Gestapo, il se jeta par la fenêtre pour s’écraser dans la cour afin d’être sûr de ne pas parler et de protéger ainsi ses camarades de combat. Si on ne veut pas qu’il y ait une régression des droits des femmes, il ne faut pas trop insister sur les différences entre hommes et femmes. Sur un sujet sur l’art, il y a nécessité de parler d’oeuvres d’arts réellement existantes. Troisième argument : Le courage est donc une vertu, mais c’est même peut-on dire la clef de toutes les autres vertus. Galilée, puis Newton ont perfectionné ce type d’études qui finalement se réduisent à des lois algébriques et arithmétiques. Mais finalement après s’être échappée lors de la rafle des religieuses, Blanche se résoud d’elle-même à se rendre à l’échafaud pour partager le même sort que ses congénères. Septième argument : Les femmes seraient plus des hommes comme les autres aussi, si on arrêtait de les accuser d’avoir des occupations futiles. Car les progrès des mentalités dus à la philosophie se sont affirmés à partir du moment où l’imprimerie a été inventée, car les écrits des philosophes ont pu alors largement se diffuser à partir de la multiplication de l’apparition des livres. Le droit du plus fort de l’homme sur la femme s’observe dans le cas du viol. Les préjugés ont deux origines : la paresse intellectuelle et la méchanceté. Mais dans toute l’histoire de la philosophie, il y a quand même eu des philosophes qui se sont donnés pour tâche de changer notre rapport au monde. Le sophiste a la morale d’un courtisan, alors que le philosophe veut clarifier le discours et éclairer les esprits. Cinquième argument : Mais la séduction-manipulation la plus largement répandue et la plus intime est celle qui génère le couple. ) pour éviter de chuter dans de nouveaux fanatismes et nouvelles inquisitions. Mais ce type de mode de vie entraîne, en général de graves troubles psychiatriques chez la femme (addictions à l’alcool et aux drogues, tentatives de suicides et suicides, dépressions, anorexie et boulimie, …) Pour toutes ces raisons, la femme ne peut être considérée « comme un homme comme les autres », elle a des désirs et une psychologie qui lui sont spécifiques. Où est donc passée la légendaire infériorité de la femme ? Être suprême qui est le « moteur immobile qui met en mouvement » tout le reste… La philosophie se préoccupe donc de l’existence de Dieu, mais aussi de l’immortalité de l’âme. C’est justement le contraire d’un simple mouvement d’humeur. La dissertation de philosophie est une démonstation, il faut donc finir sur ce qui est le plus vraisemblable car il s’agit de convaincre le lecteur. Vergely déclare aussi : « On souffre quand on voit le monde avec les yeux de celui qui n’aime pas ». N’en est-il pas de même pour tout philosophe et toute philosophie ? Pour asseoir son pouvoir, la séduction politique va par exemple user du divertissement pour le peuple afin de détourner son attention dissertation de philosophie d’enjeux de société importants. D’autres ajoutent même que certaines le font pour le plaisir. Deuxième argument : Dans les contes, qui sont aussi une expression de la sagesse populaire, on trouve aussi des idées véhiculées qui se présentent comme de véritables idées reçues, et qui sont pourtant positives; du genre : « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ! Nous avons un philosophe tel Hegel qui déclame « Rien de grand dans le monde ne s’est fait sans passion ». Ainsi Aristote dans l’Éthique à Nicomaque déclare : « Les gens courageux agissent poussés par le Bien, et la colère ne fait que leur venir en aide ». Un crime de sois même certes mais un crime tout de même. Car si le bonheur peut se trouver dans la béatitude (qui est un état difficile à obtenir), il ne saurait se trouver dans l’hébétude. En philosophie, on ne demande pas d’étaler son opinion mais d’élaborer une réflexion sur une question donnée avec le plus d’objectivité et de justesse possible. C’est vrai que tout philosophe, dans son oeuvre, finit immanquablement par être un peu personnel. Aussi une écrivaine féministe Nancy Huston dans Reflets dans un Oeil d’homme fait ce singulier constat: « Il y a de quoi plonger toutes les jeunes femmes dans une schizophrénie carabinée : le fait d’avoir à être belle et séduisante, et en même temps d’être un homme comme les autres ». Mais cela est civilisateur, car plus les gens ont d’esprit critique, moins ils sont manipulables. Ainsi Ovide dans l’Antiquité romaine, dans l’Art d’Aimer va jusqu’à conseiller le viol comme méthode de séduction : « Toute femme jouit d’être soudain violée dans le feu de la passion ». Le proverbe est inculqué, en général, dès l’enfance (c’est en cela qu’il est une idée reçue). Ou bien ne conduit-il pas à des impasses au niveau de l’organisation d’une société ? En effet, le faite de mettre fin à sa vie est un choix or l'Homme est libre de ses choix, c'est lui qui décide. Dans ce cas là, la séduction est comme une vampirisation de l’énergie de l’autre, on capte son énergie libidinale pour asseoir « son aura », on peut parler d’une sorte de « magie noire ». Ce stress risque de finir et de dégénérer en violence. Ainsi Pascal parle de sa conversion à la philosophie après son accident de carosse, et Montaigne est singulièrement biographe dans ses Essais. La démarche séductrice entraîne un bénéfice narcissique pour le séducteur. Les actions d’éclat du courage peuvent être impressionantes, sensationnelles, spectaculaires ; comme par exemple, un homme qui saute d’un pont pour sauver quelqu’un de la noyade et qui le fait au péril de sa vie, alors que rien ne l’y oblige, et qu’il ne connaît pas cette personne. Être courageux, c’est oser et Vauvenargues dans son Introduction à la Connaissance de l’Esprit Humain , nous dit que le courage contre la fortune (malchance) produit l’esprit philosophique, le courage à la guerre fait la valeur d’un homme, le courage contre les obstacles de la vie produit la patience, le courage dans les entreprises fait la hardiesse (la créativité), le courage contre les vices fait la sévérité. Le suicide peut être interpréter comme une punition pour notre entourage plus qu’autre chose. Comme si quelque part il était impossible d’être heureux si on ne philosophe pas ! Cette « main invisible » serait comme une sorte de providence économique permettant l’avénement du bien commun ; tout en étant directement dérivée de l’individualisme de chacun des acteurs économiques. Huitième argument : On peut dire aussi que les femmes sont désormais « des hommes comme les autres », car il y a des disciplines réputées « masculines » où les femmes peuvent exceller. Mais, en même temps que ce discours ambiant qui affirme que la femme est un « homme comme les autres », on vante sans cesse les attraits esthétiques de la femme. Adam Smith dit par exemple que ce n’est pas de la bienvaillance du boucher ou du boulanger que l’on attend son morceau de viande ou son pain, mais de leur volonté de gagner de leur vie ! De même « l’habit ne fait pas le moine » n’est pas une expression à recevoir sans nuances, car il arrive bien que les gens ont l’air de ce qu’ils ont l’air ! Mais cela ne veut pas dire qu’à l’avenir, d’autres théories philosophiques de projets de société ne permettront pas de réaliser des progrès considérables dans l’amélioration des conditions de vie du genre humain. La recherche de la séduction n’est donc pas l’apanage de la seule espèce humaine. Donc , l’exemple de Nietzsche ne contredit pas ce que nous venons de dire précédemment, mais bien au contraire, vient encore confirmer notre propos. C’est pourquoi quand Lénine a voulu avec l’avénement du communisme faire en sorte que toutes les femmes soient publiques aux désirs des passants dans la rue … Il s’est heurté à une vive opposition légitime, non seulement des femmes , mais aussi des époux et des pères qui voyaient dans la communisation du corps féminin une sorte de prostitution imposée à toute femme. Mais si justement la philosophie est tellement absorbée par cette sphère métaphysique , n’est-elle pas intrinséquement irréelle, et de fait inutile ? Mais la séduction est terrible quand il y a duplicité de l’individu séducteur. Mais cette préoccupation de la métaphysique en philosophie n’est pas qu’un avatar de la philosophie antique, puisque Descartes, dans les Méditations Métaphysiques cherche à nous prouver l’existence de Dieu, ou c’est encore Rousseau dans la Profession de Foi du Vicaire Savoyard qui tente d’extrapoler sa réflexion et ses pensées jusqu’à une vision déïste et ayant toujours le credo de l’immortalité de l’âme. Afin de mieux comprendre ce qu'est un crime, intéressons nous à une définition plus vaste de celui-ci. Pour étayer une dissertation de philosophie, on peut se servir de lectures non spécifiquement philosophiques. Et les études actuelles approfondies en neurobiologie n’ont pas montré de différence notable entre le fonctionnement du cerveau féminin et le fonctionnement du cerveau masculin. Ainsi, nous pouvons considérer la vie comme quelque chose de sacrée, la vie n’est pas un choix mais plutôt un devoir. Certes, cet argument est valable mais maintenant pouvons nous nous demander si nous n'avons pas des obligations envers notre être ? De même, Marie Curie, en son temps, fut reçue première en licence es sciences physiques à la Sorbonne. Les artistes, en tous genres, renchérissent de même ce refrain puisque Molière, par exemple, critique violemment le fait de donner une instruction aux femmes. Aussi la réflexion philosophique ne saurait se soustraire à cette dimension du réel sans occulter le sens profond du monde et de l’Univers. Or, la question du courage ne se réduit pas au terrain militaire. Quant au fanfaron, il affecte le courage. Les guerres d’ailleurs ne sont-elles pas, en général, le résultat d’une frustration affective et sexuelle généralisée ? Par conséquent, nous pouvons considérer le suicide comme un acte relativement égoïste de notre part. C’est notamment la position de Janine Mossuz-Lavau dans la Guerre des Sexes : « Le différentialisme est dépassé. Une règle importante pour savoir par quelles positions commencer et finir, c’est que les positions les plus vraies sont celles pour lesquelles on trouve le plus d’arguments. L’individu se sent alors délesté de toute attache et de tout devoir comme en témoigne ce slogan de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle : « Ni patrie, ni patron ». Mais que de remords et même de blocages sexuels après cette grosse bêtise ! Argument 9 : Les femmes peuvent aussi maintenant être considérées « comme des hommes comme les autres », car il y a énormément de métiers réputés masculins dans lesquels les femmes font désormais profession. Ainsi le philosophe paraît planer sur les hauteurs et semble scruter les Idées comme un ciel constellé brillant de milliers d’étoiles, mais n’est-ce pas le philosophe et savant Thalès qui tomba dans un puits, alors qu’il contemplait la voûte céleste ? Comme le bébé est porté par la mère, et non par la père, le taux d’ocytocine (hormone de l’attachement affectif) est plus élevé dans le cerveau de la femme. La philosophie est cette quête du sens de nos vies, nous ne sommes pas que des êtres constitués de matière, mais aussi d’esprit. Parfois face à la montée d’adrénaline lié au risque de mourir, les hommes prennent certains expédients (nous ne sommes pas des dieux), cela n’empêche que le sacrifice de sa vie au nom d’un idéal reste admirable et très courageux. Et je ne sais pas non plus comment on fait un plan philo en faite je ne vois pas trop comment "ranger" mes arguments si je puis dire car je pensais en premier définir le mot crime pour ensuite m’amener à me poser une autre question qui serait est ce que le suicide est un crime contre les valeurs morales ? Mais à ce moment là, ne peut-on pas faire une deuxième objection à la philosophie en tant que recherche de la Vérité ? D’ailleurs l’individualisme est bénéfique dans la mesure où il s’oppose au conformisme, au panurgisme. C’est uniquement depuis quelques décennies que la condition féminine a réellement évolué révolutionnant et bouleversant notre rapport au monde. Ce jeune homme a simplement remarqué la « vitalité » exceptionnelle de Simone Weil, et c’est ici le plaisir malsain de capter l’aura de l’autre pour accroître la sienne. Car à ce compte là, les vaches qui paissent dans les près seraient plus heureuses que nous. Ce qu’il est important de voir, c’est de voir à quel point la Vérité est tout de même perçue à travers le prisme des Idéaux, des plus hautes Idées. Argument 10 : De nos jours, la femme est d’autant plus un « homme comme les autres », que le développement des sciences et de la technique fait qu’il y a moins d’importance de la force physique pour effectuer certaines tâches. Prenons l’exemple de l’invention capitale de l’imprimerie au XVème siècle. De ce constat, Michel Schneider dans la Confusion des Sexes tire la conclusion suivante : « En règle générale, pour les hommes, amour veut dire sexe; pour les femmes, sexe veut dire amour. ; « Coeur qui soupire n’a pas ce qu’il désire ! Par exemple dans certains États, ironiquement, le suicide pouvait être condamné par la peine de mort. Or, nous savons que le suicide n’est pas puni par la loi, c’est une liberté civile. Dans les magasins, les vêtements féminins sont de moins en moins pudiques. Il lui manquerait fatalement le bon sens élémentaire pour distinguer le vrai du faux, et le bien du mal ! La Vérité, est une vue objective de la réalité, ajoutent-ils, mais un esprit humain, par essence, n’est-il pas limité dans le temps et dans l’espace, si bien que tout esprit si intelligent soit-il ne nous offre qu’une vue subjective de la réalité ?  ». Les voitures et les gens passent devant ce triste spectacle, de filles souvent très jeunes (visiblement quelques mineures ! Deuxième argument : Le courage est donc souvent un combat contre soi-même, car c’est une vertu qui nous fait affronter la peur, et parfois sans avoir l’espérance même de s’en sortir. Aussi permettons-nous une comparaison instructive : De même que la matière repose dans son organisation sur une composition d’atomes indivisibles et insécables (sinon c’est la fission nucléaire), de même toute société dans son organisation repose sur une composition d’individus indivisibles et insécables (sinon, c’est la torture, l’atteinte aux droits fondamentaux de la personne). Mais pour Pascal dans ses Pensées, tout un chacun peut devenir séducteur du fait de la marque du péché originel en nous, aussi il écrit : « Chaque moi voudrait être le tyran de tous les autres ». Si donc pour être heureux, il faut renoncer à la superficialité et aux choses superfétatoires. Et cet univers dans lequel nous atterrissons à la naissance est tellement infini et magnifique, que même avec le développement de la science, la question de l’Absolu continue de nous tarauder. Dans cet écrit, l’auteur met en scène une jeune carmélite, Blanche de la Force qui vit dans un couvent lors de la Révolution Française et des persécutions contre l’Église Catholique. Ainsi l’on peut se demander si la connaissance de soi peut-elle être sincère ? Par exemple, Lachès, le général croit savoir ce qu’est le courage alors que quand on l’interroge précisément il n’est pas capable de donner une définition globale du courage, il ne saisit le courage que dans sa dimension militaire, sur un champ de bataille. Et il est vrai qu’hélas certaines femmes se sentent inférieures du fait de l’absence de phallus. Avec le temps, l’usage de cet adage s’est complétement galvaudé et le sens originel a été dénaturé. (expérience vécue ) Enfin, il y a dans les médias, le message insidieux que si une femme pense trop, elle ne sera plus sexuellement attirante. Néanmoins, dans certains pays le suicide est considéré comme illégale, il est donc passible de d'emprisonnement. De toute façon, on ne saurait nier l’influence de la philosophie du XVIIIème siècle (dite « philosophie des Lumières ») dans l’apparition des Droits de l’Homme. Sans la femme et le respect de celle-ci, l’homme ne peut avoir d’idéal. La différence entre une idée reçue et un préjugé, c’est que le préjugé a une connotation morale que n’a pas forcément l’idée reçue. Quand les hommes se distraient, ont-ils vraiment plus de sérieux que les femmes ? Proudhon, pourtant plutôt sexiste reconnaît que « La justice découle du sentiment de dignité personnelle, or sans Idéal, point de dignité; sans la femme et l’amour qu’elle inspire, point d’Idéal ». ) Pour Nancy Huston, la paternité enfin assumée des hommes résoudrait en partie le problème de la prostitution, car des études sérieuses ont montré que le taux de testostérone baisse sensiblement quand les hommes deviennent pères et s’occupent beaucoup de leur progéniture. Lié immanquablement à l’amour, le courage est forcément de l’ordre de la vertu. Etre sincère, ce n’est pas faire le comédien, mais faire en sorte que ses paroles soient en adéquation avec ce que l’on pense réellement. Autrement dit, le sentiment amoureux pour Kant n’existe véritablement que chez l’homme car son intellect est plus conceptuel que celui de la femme. Descartes, esprit rationnel et méthodique s’il en fût, utilisa aussi beaucoup le doute, il se mit même à douter de tout dans le but de savoir s’il existait une chose qui puisse résister au doute. On ne peut donc pas faire comme si la femme était « un homme comme les autres », du fait de toutes ses différences physiologiques. Objection au troisième argument : Mais disent encore les ennemis de la philosophie, la philosophie est une sorte de luxe pour les nantis, ou pour l’élite spirituelle d’une génération donnée mais, la philosophie ne saurait être nécessaire à tous… Nous répondrons à ces gens bien intentionnés que le sens de la vie est une urgence pour nous tous et pas seulement pour quelques uns d’entre nous.  Car il y a quelques siècles, nous nous écharpions bien au nom de notre religion chrétienne (notamment on peut citer toutes les guerres de religion entre protestants et catholiques), et ce n’est pas si lointain que ça ! On pourrait dire dans ce cas là qu’on confine au péché mortel (et plus seulement au péché véniel pour reprendre la terminologie de la théologie catholique). Qu’on cesse donc de dire que le sexe est un divertissement comme les autres; car il ne peut être envisagé comme un simple loisir dans la mesure où il engage l’être tout entier (corps et âme). Il y a souvent exhibition des caractères sexuels secondaires, comme le paon mâle qui déploie sa magnifique ramure. Avec le développement de la science, nous ne pouvons plus croire en Dieu comme de naïfs petits enfants qui croient en la véracité des contes de fée. Nous ne pouvons pas répondre à ses questions,ce qui fait apparaître la mort de façon très abstraire ce qui lui donne un aspect très effrayant, cette idée renforce cette idée de courage face au suicide. Le divertissement (jeux du crique à Rome avec Néron) empéchait le peuple de se concentrer sur les vrais problèmes. Ainsi que ceux d’entre vous qui ont une femme n’hésitent pas à lui enseigner ce qu’ils voudraient qu’elle sût ». Par conséquent, cela remet en cause le statut de liberté civile du suicide. Objection au quatrième argument : Certains disent aussi que la philosophie ne sert à rien, car elle n’a pas de prise concrète sur le monde. Car chez les hommes, comme souvent en matière de séduction, c’est plutôt la dominance, la capacité à s’imposer au sein d’un groupe et à acquérir un statut social élevé, qui serait recherché. Avec l’état de barbarie originelle propre au genre humain en son entier, tout est basé sur la loi du plus fort au début des temps historiques. Dans la plupart des espèces d’oiseaux, le mâle chante pour attirer la femelle. Mais qui dit amour dit aussi passion !! Les parents ont tendance à offrir des jouets de manière stéréotypée. D’autant plus qu’il y a maintenant aussi des femmes astro-physiciennes ! De plus, on peut voir le suicide comme une injure pour la société. C’est ce qui s’est passé, par exemple, avec la philosophe Simone Weil, quand elle était jeune étudiante. Demandent-ils. Car après tout sommes nous réellement maître de notre être ? Outre le système génital qui diffère selon que l’on soit homme ou femme, il y a les caractères sexuels secondaires qui viennent encore confirmer la différence des genres. Dès le départ, Socrate s’est caractérisé par une recherche du vrai, un souci de justesse dans la parole qu’on ne trouve nulle part dans la sophistique. Ni conseils, ni mains amies, nulle part … ! Ce qu’a imaginé Platon étant défaillant, cela a été remplacé par le système des familles d’accueil (comme par exemple, en France). À part Jeanne d’Arc et Marie Curie, on se demande où sont passées les actions d’éclat des femmes ? Comme cela n’est nullement le cas, cessons de dire que c’est « le plus vieux métier du monde », c’est peut-être plutôt le préjugé le plus éculé ! Et la philosophie, comme l’a remarqué Schopenhauer est « une chasse aux préjugés ». Ainsi Platon, dans la République, imagine et conçoit une société où il y aurait communauté des femmes et des enfants, des enfants séparés de leur père et mère pour être éduqués dans des pouponnières d’État. (Comme l’a montré magnifiquement Zola à la fin de son roman la Bête Humaine) Car, si les gens étaient plus épanouis affectivement et sexuellement, auraient-ils encore le désir de s’écharper ? Historiquement, de grands philosophes comme Platon et Marx ont voulu contrecarrer cette tendance innée du cœur de l’homme. Vouloir jouir à tout prix comme nous le conseille explicitement notre société contemporaine est une voie de perdition car c’est se retrouver habité par une espèce de hâte fiévreuse et désordonnée qui rend égoïste. Vauvenargues, grand moraliste du XVIIIème siècle dit d’ailleurs que sans le courage, aucune vertu ne saurait atteindre sa plénitude. C’est la vertu primordiale pour développer les autres. Car sans amour, il n’y a pas de respect réel de l’autre en matière sexuelle. Que les femmes fassent cela pour le plaisir, cela est contredit par les études sérieuses faites sur le sujet ainsi ‘un nombre significatif de prostituées ont subi de l’inceste ou des attouchements durant l’enfance, autrement dit la prostitution serait la manifestation d’un trauma. Ainsi Jankélévitch dans De la Philosophie remarquait : « On peut vivre, après tout, vivre sans le « je ne sais quoi » comme on peut vivre sans philosophie, sans musique, sans joie et sans amour. Par conséquent, cela remet en cause le statut de liberté civile du suicide. Cependant, l’on comprend que pendant les guerres, il soit très difficile de résister à des actes de torture. Deuxième argument : On peut dire aussi que le courage résulte plutôt des passions que de la vertu, divine wind disher essay car les méchants (par essence, non vertueux) peuvent parfois faire preuve d’un certain courage. Deuxième argument : Par ailleurs, notre crise de civilisation repose en partie sur la trop grande prépondérance de l’individualisme. Ainsi les trois quart des suicidés sont des hommes; donc, quelque part, c’est comme si les femmes étaient plus résistantes aux épreuves de la vie. Ainsi Bonaparte lui-même distingue le vrai courage issu de la raison de la simple bravoure (plutôt passionnelle) : « La bravoure procède du sang, le courage vient de la pensée » nous dit ainsi le Premier Consul. Car ce qu’a mis en relief Platon en mettant en scène Socrate, c’est que les principales erreurs proviennent du fait que l’on croit savoir ce qu’on ne sait pas. Nombres de théologiens n’ont cessé alors d’imputer à la femme le péché originel. Et le commencement est le courage ». Socrate n’est-il pas d’ailleurs l’illustration même des propos de Vauvenargues, puisqu’il fait naître la philosophie par son martyre. I) QUEST-CE QUUNE DISSERTATION PHILOSOPHIQUE? Et Nancy Huston de rajouter : » Je croirai que la prostitution est un métier comme les autres le jour où les prostituées, mais aussi les intellectuels, encourageront leurs filles à pratiquer ce métier ». Cela a entraîné beaucoup de ressentiments chez les femmes. Ces moeurs hétérophobes sont d’ailleurs sans doute à l’origine de la chute de la Grèce.  Mais cela est logique car avec la philosophie toute vie devient une aventure dans la mesure où elle est une quête du sens, elle accroît le degrè d’intensité de notre existence. La philosophie est plus qu’utile, elle est vitale, car elle rend la vie intéressante. Ainsi, prenons la notion de passion. Ainsi, dans son Essai sur la Joie, Robert Mishari définit le bonheur comme « une espèce de permanence joyeuse de sa propre identité ». Par conséquent, nous pouvons considérer le suicide comme un acte relativement égoïste de notre part. Ainsi nombre d’élèves ont l’impression que la réussite en philosophie est plus liée au facteur « chance » qu’à l’efficacité réelle de leur effort démonstratif pour soutenir telle ou telle thèse. Mais à vrai dire, des racines métaphysiques sont des liens bien peu terrestres ! Mirabeau disait ainsi aux mysogines : » C’est nous qui faisons les femmes ce qu’elles valent et voilà pourquoi elles ne valent rien ». En effet, on ne peut pas dire que le point de vue de celui qui est pénétré soit le même que celui du pénétrant. Dans l’Art d’Aimer, Ovide dit qu’un homme peut même recourir aux larmes pour séduire une femme : « Avec des larmes, on fait fondre un diamant », ou encore, « Si la femme est un peu rétive, faites un baiser volé » ou bien encore : « Ne reprochez jamais aux femmes ni leur âge, ni leurs défauts physiques. On peut commencer par donner des termes synonymes à « sincère ». Mais objecteront encore certains, certains philosophes ne se sont-ils pas justement méfiés de ces Idéeaux de Beauté, de Vérité, de Bonté ? Quatrième argument : Le courage le plus haut confine donc au sublime, et pour arriver au sublime (il faut avoir un idéal issu de la raison, ce qui est du ressort de la vertu), et que cet idéal soit défendu avec passion. Mais cela était logique, car la femme n’était pas émancipée de la tutelle masculine dans les époques antérieures. Ainsi l’on voit bien encore une fois que la femme n’est pas vraiment « un homme comme les autres ». En France, au XIXème siècle, et jusqu’en 1945, une certaine partie de la population féminine était parquée dans les maisons closes pour assouvir les besoins inassouvis de la gente masculine. Aristote, dans son ouvrage Métaphysique attribue aussi à la philosophie, cette « science de l’être en tant qu’être, et de l’être suprême ». Le mérite de ce film est de montrer à quel point la société musulmane traditionnelle génère un sexisme inter-générationnel. La séduction devient faute en politique quand elle fonde l’illusion de la légitimité d’un pouvoir inique. On estime, par ailleurs, que pour parvenir à la philosophie, il faut de plus, une certaine mâturité, et voilà pourquoi cette matière n’est pas enseignée dans les niveaux scolaires antérieurs; car on pense que les élèves sont alors trop jeunes pour une telle recherche intellectuelle. Quand l’individu séducteur est sincère quant à la personne séduite, cette séduction pourrait plutôt s’appeler charme. De même avec le progrès de la science biologique, on sait que l’oeil du taureau ne perçoit pas le rouge, car on l’a disséqué et comparé de manière méthodique avec l’oeil humain. Cette place particulière de la philosophie dans l’enseignement français lui confère donc un statut sublime et unique. Car, de tout temps et en toute société, il y eu de la maltraitance envers les femmes. C’est plutôt l’inverse, on associe le bonheur avec l’argent, la fortune, l’accomplissement personnel dans une profession, la réussite sentimentale dans un couple, le fait d’avoir des enfants. Et le Christ, le plus grand philosophe qui fut sans doute au monde n’a t-il pas été courageux jusque dans sa Passion ? Pourtant la société athénienne était réputée pour être le phare du monde culturellement parlant. Les philosophes qui ont le plus remarqué le lien entre persévérance et courage sont les stoïciens. Ainsi le philosophe Alain Roger dit que le séducteur utilise la partie féminine de sa personnalité, il est dans ce cas « efféminin » (néologisme inventé à l’occasion et à ne pas confondre avec « efféminé »). Avec l’accouchement, le courage a à voir avec l’amour. Mais si nous nous penchons plus avant sur le sens de ces phrases, l’on peut voir qu’elles ne sont pas si contradictoires, car quand Platon nous dit que philosopher, c’est « apprendre à mourir », cela signifie qu’il faut mener une bonne vie avant de décéder pour accéder à une certaine paix de l’âme. On ne voit pas d’ailleurs une telle acrinomie, une telle hostilité et animosité en ce qui concerne les autres disciplines. C’est pourquoi d’ailleurs les communistes de l’ex-URSS avaient érigé au pied du Kremlin un monument à la gloire de ce qu’ils pensaient être leur précurseurs : More et Campanella. Les hommes abusaient souvent de leur force physique pour assujettir les femmes. Car aucun homme n’a jamais peur, ceux qui disent n’avoir jamais peur sont des menteurs, ou des inconscients (des têtes creuses! Donc le doute philosophique n’est pas si négatif que ça, et il est logique que les religieux aient toujours vu les philosophes avec méfiance, car ils se sont toujours dits qu’ils étaient un risque pour leur pouvoir. Premier argument : Pour parvenir au bonheur, il ne faut pas renoncer à tout plaisir . A. Par contre, en Turquie, c’est tout l’inverse, car la pression sociale à l’encontre des femmes y est beaucoup plus importante. Le courage est souvent une affaire d’endurance, les victimes de harcélement moral au travail ou autre ne le savent d’ailleurs que trop bien. Pourquoi ? Avoir un idéal motive aussi la vie de l’esprit, puisque des études sociologiques ont montré que les personnes ayant une activité et une croyance religieuse sont en général moins sujettes (statistiquement parlant) à avoir des addictions de type drogues ou alcool, il y a aussi moins de divorces et de dépressions, ainsi que moins de suicides ; l’espérance de vie est supérieure de sept ans par rapport aux autres individus. Ainsi le docteur Broca a noté en moyenne une différence de 181 grammes entre homme et femme, puisque la moyenne du poids du cerveau est de 1325 grammes pour les hommes, et de 1144 grammes pour les femmes. Ainsi c’est grâce ou à cause de cette curiosité, que la femme a pris le fruit interdit de la connaissance du Bien et du Mal dans le jardin d’Éden. Pour une question sur les sciences, on peut se référer à l’histoire des sciences et aux découvertes des grands scientifiques. Notre professeur de philo vous en …Résumé du guide pratique. Pendant la deuxième Guerre Mondiale, Lucie Aubrac précise que beaucoup de résistants étaient soulagés d’avoir à disposition une pillule de cyanure au cas où ils seraient attrapés. Autre idée reçue dès l’enfance en général : la couleur rouge rend les taureaux agressifs. Blanche arrive finalement à surmonter sa peur et à aller jusqu’au martyre. Comme les courageux canuts à la Croix-Rousse à Lyon qui clamaient « Vivre en travaillant, ou mourir en combattant ». Le plaisir est-il la fin du désir ? On peut dire en schématisant quelque peu que les hommes font la guerre, et les femmes font l’amour. Le problème des idées reçues reliées aux préjugés, c’est qu’elles sont d’autant plus reçues qu’elles permettent à ceux qui sont au pouvoir de le conserver. De ce constat est née la thèse de la théorie des genres initiée par Simone de Beauvoir (avec son célèbre ouvrage : le Deuxième Sexe). La philosophie n’est pas une option que pour les gens qui veulent prendre le temps de réfléchir, car ce qui fait la noblesse de l’être humain, n’est ce pas plutôt l’esprit que le corps ? Mais le courage ne fait pas que des martyres en religion, la République aussi a eu ses martyres ! Au XIXème siècle, on parquait les prostituées dans les maisons closes, aujourd’hui on les drogue; mais on n’est guère plus évolué ! Autrement dit, ce que nous préconise le philosophe, c’est d’ être réaliste et d’avoir le courage de ne pas persévérer dans des voies sans issue. En multipliant la présence d’écrits, cette invention a permis l’accroissement du savoir dans la population et la prise de conscience de la valeur de l’individu en lui-même. Ainsi pour Machiavel, un homme politique n’a pas l’obligation d’être vertueux, mais seulement de le paraître. (ce qui n’est pas vraiment une expression du sentiment amoureux, mais de la pulsion sexuelle). Voici ce qu’il remarque entre autre : « L’individualisme est une expression récente…nos pères ne connaissaient que l’égoïsme ». Et les chercheurs de ces travaux ont mis en relief que l’écart de performance en mathématiques entre les sexes est lié à l’index d’émancipation des femmes. Ainsi les animaux, êtres non raisonnables et plutôt sous l’emprise des passions peuvent faire preuve d’un certain courage. Mais est ce que cela fait de lui pour autant un crime ? Tout individu dépend pour sa survie d’une société, d’un groupe, d’une nation et pas uniquement de sa volonté propre. Donc, la séduction peut être dangereuse, car elle peut atteindre beaucoup d’entre nous. Au sens sociologique, l’individualisme est tout simplement le processus d’émancipation d’une personne qui lui permet une certaine indépendance vis-à-vis des règles sociales. De plus, chez les femmes, les neurones de l’hypotalamus s’activent périodiquement pour déclencher l’ovulation, ce qui expliquerait les légendaires sautes d’humeur des femmes quand elles ont leurs menstruations. Presque tous s’accordent à dire que si le courage a un aspect passionnel, il ne saurait être réduit à celui-ci. Socrate et ses amis s’offusquent d’un tel usage tronqué du langage. De même que nous devons renoncer au contrôle des autres, nous devons aussi pour être heureux renoncer à vouloir dominer le temps. Et cet art de plaire si trompeur est d’autant plus problématique qu’on va le retrouver dans deux domaines importants la relation amoureuse et la politique. Une fois que Soraya est jugée sur des faits imaginaires par des faux témoignages, tout le village (uniquement la gente masculine) la lapide. Au-delà des particularismes culturels, les philosophes auront tendance à voir ce qu’il y a d’universel dans les diverses formes de croyances en Dieu, apportant ainsi à l’humanité une salutaire tolérance. Comment les femmes pourraient-elles se juger l’égale des hommes après de telles discriminations ? Les idées reçues dès l’enfance peuvent néanmoins être combattues grâce au moyen des sciences. Ainsi Descartes nous dit que la philosophie est comme un arbre dont les racines sont la métaphysique. En les cotoyant, on s’aperçoit qu’il y a beaucoup de dépressifs dans les Ordres, pourtant certains d’entre eux soutiennent qu’ils sont heureux . Ainsi Hitler déclarait : « Toute ma vie se résume dans mes efforts incessants pour persuader autrui ». Ainsi Platon se demandait souvent s’il ne fallait pas mettre les femmes dans la catégorie des bêtes, et son rite of passage essay disciple Aristote n’était pas plus ouvert en la matière puisque dans Politique, livre I, il déclare : « L’esclave n’a pas de volonté; l’enfant en a une mais incomplète; la femme en a une mais impuissante« . C’est comme si, constate Tocqueville, les gens du peuple n’appartenaient pas à la même humanité pour les nobles de l’Ancien Régime. On est toujours d’accord pour sacrifier des inconnues, mais si c’était leur mère, leur épouse, leurs soeurs qu’on sacrifiait pour cette « bonne cause », ces messieurs seraient-ils toujours d’accord ? Profaner le « je t’aime », n’est-ce pas le pire des anathèmes du cœur ? C’est pourquoi Kant est farouchement opposé à la polygamie puisque l’homme y a plus de droits que la femme. Mais cette maxime hélas, nous l’appliquons en général, peu à peu, avec l’expérience de la vie. Deuxième argument : Quand on voit tant d’opinions contradictoires se cotoyer dans l’histoire de la pensée ( 26 siècles depuis la naissance de la philosophie), on ne voit pas bien alors la différence entre la philosophie et la sophistique. La séduction peut donc être une véritable manipulation quand il y a duplicité de la conscience. Ce qui est d’autant plus douteux que la femme de Socrate, Xanthippe était fort revêche et rebelle sans pour autant être très instruite ! Il prive la société de nos services. Nous voyons ce monde merveilleux, ce chef d’oeuvre de l’évolution qu’est l’être humain, et nous sommes bien obligés de nous avouer qu’il y a quelque chose qui nous dépasse… Aussi la philosophie n’est pas faite que pour les jeunes qui passent le BAC, ou pour les vieillards qui recherchent le sens de ce qu’ils ont vécu et devant apprivoiser la pensée de la mort. Cette contrainte exercée sur les femmes est si prégnante universellement parlant que les femmes n’arrivent plus ensuite à se considérer comme l’égale des hommes. Ainsi, a contrario si quelqu’un se présente avec une allure de voyou (je ne voudrai quand même pas tomber dans le cliché des « blousons noirs »! Troisième argument : En plus, la séduction est manipulation car elle a souvent recours à l’artifice et aux tromperies. Quant à dire que les femmes sont moralement inférieures, cela est aussi très discutable quand on voit que 90 % de la population carcérale est masculine ! Dans la jouissance sexuelle, quoiqu’on en fasse et quoiqu’on en pense, il y aura toujours ce relâchement de soi, qui fait que c’est très humiliant pour un individu de voir son intimité exhibée. Et ils continuent en ajoutant, : « Ce n’est pas de la Vérité dont il s’agit, mais de sa vérité « (sous-entendu, celle de l’auteur dont il est question). Mais finalement, malgré ses faiblesses d’homme incarné dans sa chair et dans ses tripes, Grantaire accomplit une action héroïque et meurt en atteignant le sublime. Quand on dit qu’une partie des femmes doit être sacrifiée pour que le reste de la population féminine soit tranquille (c’est à dire ne risquent pas le viol), n’est-ce pas une magnifique boutade de l’esprit « petit-bourgeois » dans toute sa splendeur ? Pierre véron définit ainsi le courage : « Courage : l’art d’avoir peur sans que ça paraisse ». Ainsi Kant soutient dans De la différence des Sexes : « l a femme est sensible, mais l’homme est sentimental ».  », ou bien encore « l’amour rend aveugle »! Oui, le courage est inaugural, car il s’oppose fondamentalement à la petitesse. Ce qui a du contribuer à la perception de Napoléon comme un individu de petite taille. De plus, étant donné que la femme se fait posséder pendant le rapport sexuel, l’exhibition pornographique est encore plus dommageable pour la femme que pour l’homme au niveau de sa réputation. Il y a gonflement d’air d’un sac vocal situé dans la gorge. De même, on trouve le courage dans la persévérance d’un homme qui va travailler tous les jours et fait un travail physiquement harassant (comme mineur, par exemple) pour nourrir ses enfants. Par ailleurs, ce qu’il est important de souligner, c’est qu’en restant au stade de la séduction, on n’arrive pas à la véritable relation amoureuse. Car quel était l’intérêt réel de ce mauvais plaisantin puisqu’il n’espérait même pas un rapport sexuel avec sa proie ? L’idée reçue selon la définition de wikipédia est située à mi-chemin entre le stéréotype, le cliché et le lieu commun. Car, de nos jours, on nous parle sans cesse de l’égalité des deux sexes, et il y a même un discours ambiant qui affirme que la femme est un homme comme les autres. Discreet & Secure. Par ailleurs, l’activité de penser est de plus en plus visible avec le progrès des neuro-sciences et des scanners du cerveau. Troisième argument : Si l’art de séduire comprend l’art de la persuasion, et partage avec l’art de la guerre (l’art des tactiques, sans la violence), alors la séduction est positive, dans la mesure où elle développe l’intelligence. Le bonheur nécessite que nous usions de nos capacités les plus nobles de notre être comme la contemplation de l’Idéal (qui est la définition même du bonheur platonicien). Montrer ses atouts plutôt que ses défauts, c’est simplement un mouvement naturel de notre amour propre qui cherche à être aimé(e). Comment cela se fait-il que cela ne déclenche aucun réel scandale ? Autrement dit, la philosophie n’est finalement rien de plus qu’un exercice de style pour habiller les diverses opinions pensables et possibles sur tel ou tel sujet. Le corps de la femme est en fait axé dans son organisation physiologique pour la gestation et l’accouchement, et bien sur aussi l’allaitement. Le sexisme n’a pas de légitimité morale, mais il permettait une exploitation d’un sexe par l’autre. La femme doit pouvoir être coquette et se faire belle sans être rabaissée au niveau d’un objet sexuel. Aussi Tocqueville souligne que les écrits des nobles narrant la mort des gueux ne soulève aucun indignation de leur part, alors qu’au contraire, les morts des gens de leur caste (la noblesse) les poussent à de grands atermoiements. Ce qui renforce cet aspect des choses, c’est que la notation en philosophie dépend souvent des avis personnels du correcteur. Ainsi Pierre Fayard déclare : « L’art de la guerre et la séduction sont similaires sauf que la séduction n’use pas de violences ». Mais l’intérêt pour une femme vraiment émancipée, vraiment libre, c’est de comprendre qu’elle se doit d’être sexy avec son conjoint dans l’intimité, mais qu’avec les passants dans la rue, il est puéril de chercher en permanence à séduire par une tenue provocante. Sénèque, philosophe admirable s’il en fut, affirmait : « Tu ne seras jamais heureux tant que tu seras torturé par un plus heureux ». D’un point de vue métaphorique, on peut dire qu’entrer en philosophie, c’est comme voir une lumière qui percerait un brouillard et qui se mettrait à tout désépaissir progressivement autour d’elle. Le déficit de la pratique religieuse a laissé un vide que n’ont pas comblé les programmes de télévision. Et pour parvenir au bonheur, n’oublions jamais que la vieillesse est la suprême épreuve, et combien, elle est amère pour ceux qui ont abusivement renoncé à beaucoup trop de choses dans leur jeunesse ! En effet, pouvons nous considérer le faite de résister à l'envie de fuir ses problèmes comme du courage ? En voyageant dans la République des Esprits (c’est ainsi que Schopenhauer dénomme la communauté des philosophes à travers le temps et l’espace), nous avons vu des pensées que nous avions nous-même ressenti, et cela nous a soulagé de voir que nous n’étions pas les premiers à être en butte à la méchanceté et à dissertation de philosophie la bêtise humaines. Cela ne veut pas dire que le sommeil calme la faim, comme on le croit souvent. Mais dès le départ, la philosophie s’est distinguée de la sophistique et de la simple rhétorique. Troisième argument : La femme ne sera pas vraiment respectée tant qu’il y aura une énorme pression sociale pour qu’elle soit sexy. La science répond à des questions circonscrites : Comment faire pour produire par exemple, la fission de l’atome (qui est à l’origine de la production de l’énergie nucléaire). Troisième argument : Enfin, la philosophie n’est pas seulement utile à un certain âge de la vie, mais à tous les âges de la vie. Mais il est normal et logique qu’en 26 siècles de l’histoire de la Pensée, les plus grands philosophes aient exploré à peu près tous les chemins qui s’offraient à leurs méditations, et qu’ils ne soient pas tous parvenus au même endroit ontologique ! Un crime de sois même certes mais un crime tout de même. On crierait tout de suite que ce ministre est un fou, et que c’est un scandale de tenir de tels propos. L’individualisme laissé sans « garde-fou » peut être réellement mortifère pour une société. Et quand on nous dit dans la Bible que Dieu a tout créé en six jours, il faut voir dans le mot « jour » une sorte de métaphore poétique : un jour correspondant non à 24 heures, mais à une durée beaucoup plus longue. Néanmoins les proverbes ont en général un grand « fond de vérité ». Donc, dans la mentalité actuelle, on essaye avec la parité de donner à la femme l’impression qu’elle est un homme comme les autres. ), c’est peut être bien qu’il est réellement potentiellement une menace ! Ce que révèle la condition féminine historiquement parlant, c’est la force des préjugés liée au patriarcat. On nous parle sans cesse des dérapages de l’Islam sur la condition de la femme, mais le christianisme n’a pas été exempt de sexisme. On ne voit pas comment dans ces conditions, dans ce type de société, la femme pourrait s’estimer comme étant un « homme comme les autres » ! Les femmes devraient toujours se rappeler qu’elles ont un Q. Cette distinction relative aux délimitations propres aux sciences et à la philosophie a été mise en relief d’ailleurs par Auguste Comte dans son Discours sur l’Esprit Positif. Il faut renoncer à la comparaison, qui nous fait voir le verre plutôt à moitié vide qu’à moitié plein. Et ainsi de suite, de génération en génération, si on remonte jusqu’aux origines de l’Humanité. Troisième argument : Pour accéder au bonheur, il apparaît aussi qu’il faut une recherche de la sagesse. Si donc , par contre, il faut renoncer à quelque chose pour être heureux (comme le sous-entend le sujet), qu’est ce que cela peut bien être ? L’épicurien accompli n’est donc pas un jouisseur, il n’abuse pas du plaisir, car qui possède est à la longue possédé. Il s’agit de charmer l’autre pour l’amener à la rencontre. On l’élève d’un côté par l’égalité des droits enfin octroyés, et en même temps, on la ramène sans cesse à son aspect corporel, charnel. Nous répondrons à ces gens, que certes Nietzsche a voulu prendre ses distances vis à vis de ces Idéaux, mais Nietzsche est en quelque sorte l’exception qui confirme la règle. Face à cet aspect désopilant de la philosophie, Willem Bilderdjik disait d’ailleurs : « La philosophie ne sert qu’à réfuter la philosophie ». Quant à nous-même qui avons dévoré cet ouvrage de Schopenhauer avec reconnaissance, (tant il est intéressant et formateur), nous pouvons dire que la philosophie nous a sans doute permis d’être plus sûr de nous-même. Si l’on m’avait conseillée… et les Évangiles, mon livre de chevet à 15 – 16 ans, les Évangiles … nulle part appliquées ! Parce que le vrai est toujours plus facile à démontrer et à défendre que le faux. Le courage, pour Aristote est suscité par l’idée du Bien ; ainsi quand un homme saute d’un pont pour aller porter secours à quelqu’un qui se noie, c’est l’idée de faire le Bien pour autrui qui domine cet acte héroïque. Cet accord des esprits, sur ce sujet, à un niveau historique et universel nous indique que c’est une profonde vérité à savoir que le bonheur se situe d’abord au niveau de la vie de l’esprit. Pendant longtemps même, tout héritage était interdit à la femme. À pyrrhoniser ? Ainsi Saint François d’Assise chantait et louait la création entière, comme on le voit dans son hymne resté célèbre : « laudato si ô mi signore », et les animaux même venaient à lui. Les individus qui ont peu de recherche personnelle n’ont qu’une vie fade et sans valeur, dont ils masquent le vide par des comportements déviants ou extrêmes, ne sachant pas apprécier les charmes quotidiens de l’existence. Sixième argument : Par ailleurs, les femmes peuvent penser qu’elles ne sont pas des hommes comme les autres à cause de l’éducation. Quatrième argument : Séduire ne peut pas être synonyme de manipuler dans la mesure où être séduit(e) suppose toujours quelque part un consentement personnel. Et, en effet, par la différence des genres, l’humanité semble comme coupée en deux, et seul l’accouplement paraît, au premier abord, réunifier les humains. Ainsi Aristote n’était pas contre l’esclavage (opinion formulée dans son ouvrage Politique). Le peu d’argent qui restait aux prostituées ne leur offrait aucune possibilité d’épargne réelle pour pouvoir changer leur mode d’existence. Dès le plus jeune âge, la petites fille reçoit des injonctions qui la confortent dans l’opinon qu’elle a d’elle-même, à savoir (par exemple, qu’une femme est faite d’abord pour avoir des enfants et s’en occuper). Néanmoins, dans certains pays le suicide est considéré comme illégale, il est donc passible de sanctions. On peut même dire que la philosophie est vitale pour une société donnée, dans la mesure où elle permet de contrôler les excès de toute religion quelqu’elle soit. La sexualité doit rester « le jardin secret » des individus, c’est pourquoi Comte-Sponville a raison de dire : « Le sexe, ni la mort ne se peuvent exhiber sereinement ». Et dans le Banquet de Xénophon, Socrate déclare même, voyant une jeune fille habile au cerceau : « La nature féminine n’est en rien inférieure à celle de l’homme, sauf pour son manque de vigueur et de force. Pour Socrate, de même, dans le Lachès (dialogue de Platon consacré entiérement à la question du courage, mais dialogue aporétique), le courage sera défini finalement comme « la force d’âme intelligente ». Argument 12 : Il faut donc, avec le progrès des mentalités, faire passer le message que dans beaucoup de domaines : « la femme est un homme comme les autres », car sinon, on risque le retour des discriminations à l’encontre des femmes. En France, cet acquis du droit de vote a été très tardif du fait du poids du catholicisme. D’ailleurs, le suicide est un acte traditionnellement condamné par les doctrines religieuses. Par certains aspects, on pourrait même dire que c’est l’homme le sexe faible ! De plus, on peut voir le suicide comme une injure pour la société. Sixième argument : Enfin, la philosophie est une discipline qui semble par certains aspects se détacher du réel, puisqu’elle se préoccupe de métaphysique, au point que l’on peut dire qu’elle est inutile pour la vie concrète. Car à force de renoncer, n’est ce pas au bonheur auquel nous renonçons ? Par exemple, quand on regarde rétrospectivement la mentalité européenne du Moyen-âge, on a du mal à s’en faire une idée exacte, car la société féodale était fondamentalement une mentalité religieuse, alors que notre nouveau siècle est largement déchristianisé. Lui-même, le plus glorieux d’entre nous a expérimenté la peur et la solitude la plus ultime, et ensuite le mépris le plus outrageant. Pourtant avec les progrès de la science astronomique, nous savons désormais que la terre bouge en permanence dans l’espace infin puisqu’elle tourne autour du soleil en 365 jours, et qu’elle tourne sur elle-même en 24 heures. C’est pourquoi chez les Grecs Anciens, l’amour réel entre hommes et femmes n’était guère possible. La philosophie nous détache-t-elle du monde ? Pourquoi la vie « du commun des mortels » ne serait-elle pas aussi éclairante que celle du philosophe ? Les premiers féministes, comme Poullain de la Barre dans De l’Égalité des deux sexes, n’a donc pas manqué de soulever cet aspect de la guerre des sexes. On ne peut tout attendre de l’individualisme comme le prônent les libéraux depuis le XIXème siècle. On ne sait plus trop alors si le suicide est une infraction ou alors au contraire une liberté civile. 3 - Un dépassement : quelle est la valeur d'une vie humaine ? Deuxième argument : L’individualisme est en corrélation avec l’épanouissement personnel , car on le retrouve à la base de toute société démocratique, alors que toute société aristocratique favorise , au contraire, un fonctionnement communautariste. Il faut voir toutes les positions pensables sur un sujet et commencer par soutenir les positions les moins défendables et finir par les plus vraisemblables. Or, la propagande actuelle, dans les médias sursexualise la femme. Socrate a fondé ainsi la Maïeutique, c’est à dire l’art d’accoucher les esprits par l’intermédiaire du dialogue. I avant d’avoir un cul ! Mais il ne faut pas oublier que le terme « suicide » a déjà une connotation relativement péjorative à nos yeux. Hormis ces différences de poids, le cerveau masculin et le cerveau féminin fonctionnent sur le même schéma structurel. Avec la guerre, le courage a à voir avec la haine. Ainsi, Platon dans le dialogue le Phédon met en scène Socrate cherchant à démontrer l’immortalité de l’âme alors qu’il est condamné à boire la cigüe et qu’il s’entretient pour la dernière fois avec ses disciples. Depuis l’Antiquité, les philosophes ont fustigé la femme. Bien sur un État doit favoriser l’initiative individuelle, mais la cohésion de l’ensemble d’une société ne peut se baser uniquement sur elle. Oui car on peut très bien dire que le faite de choisir de mourir est une solution de facilité face à la vie et tous les problèmes qu'elles comportent et que d'affronter cette est vie est une marque de courage. Tout simplement, parce que le commun des mortels n’allume pas sa propre « lanterne », sa propre conscience au soleil des Idéaux qui sont (on le sait depuis Platon ! Le courage est un terme galvaudé dans le langage courant ; aussi des enquêtes sociologiques ont été menées à partir de définitions sur le courage données à des enfants. Voila j'ai une dissertation de philo à faire pour vendredi, c'est la première et je trouve cela un peu dur. Quand on reconnaît une qualité aux femmes, c’est surtout pour souligner leur infériorité; ainsi Diderot dans son ouvrage Sur les Femmes déclare : « Si nous avons plus de raison que les femmes, elles ont bien plus d’instinct que nous ». Ceependant chaque sexe a affaire au courage : les hommes se doivent d’être courageux au combat, et les femmes courageuses au moment d’accoucher ( enfin, surtout avant la péridurale). Bernanos souligne cet aspect du courage dans le Dialogue des Carmélites : « Il faut savoir risquer la peur, comme on risque la mort, le vrai courage est dans ce risque ». Le droit de vote pour les femmes n’est qu’une victoire récente en France. Argument 11 : Enfin, on peut affirmer que « la femme est un homme comme les autres », car la femme n’est pas aussi fragile que le laissait accroire la tradition sexiste. La philosophie est à l’opposé de la paresse intellectuelle, c’est pourquoi Socrate (dans Apologie de Socrate de Platon) se compare à un taon : « je suis le taon qui , de tout le jour, ne cesse jamais de vous réveiller, de vous conseiller, de morigéner chacun de vous ». En 1836, le médecin Parent-Chatelet a cherché à savoir s’il y avait une prédisposition physiologique au vice et a examiné plus de 1000 prostituées, et il n’a trouvé que trois femmes au clitoris trop développé. Etre sincère, c’est avoir l’accent de la vérité ; les phrases que l’on dit font comme un écho dans la pensée d’autrui. Dans les pays musulmans, c’est souvent la lapidation qui attend la femme adultère. À certains moments, les autres religieuses reprochent à Blanche ses peurs face aux intrusions des révolutionnaires dans le couvent, et Blanche s’avoue à elle-même : « je suis née dans la peur, j’y ai vécu, j’y vis encore, tout le monde méprise la peur, il est donc juste que je vive aussi dans le mépris ». La philosophie est-elle inutile, n’est-ce qu’une somme de discours oiseux et stériles , du verbiage relevant de la masturbation mentale ? En ayant en vue ces idéaux, la philosophie a un point de vue plus éclairant que la moyenne des individus. Le refus de toute jouissance ne mène pas au bonheur, et combien voyons nous de personnes âgées devenir frustrées, aigries et méchantes à force d’avoir renoncé. Le suicide peut être interpréter comme une punition pour notre entourage plus qu’autre chose. La mère de socrate, en effet, était sage-femme et Socrate ajoutait en quuelque sorte : « Comme ma mère faisait accoucher les corps, moi, je fais accoucher les âmes ». Néanmoins les parents génétiques ont tendance à être en moyenne plus attentifs et prévenants que des parents de substitution, car le lien du sang relève de l’individualisme profondément ancré dans notre nature humaine. La séduction est un phénomène où se mêlent plus la libre acceptation que la contrainte. Le pouvoir de séduction provenant en partie de la sphère incosnciente a donc bien un aspect manipulateur. Simone de Beauvoir insiste également dans le Deuxième Sexe sur la nécessité de l’égalité de droits entre hommes et femmes : » Les hommes devraient accepter d’aimer une semblable au lieu de chercher une esclave ». Le courage est de ce fait une vertu ; mais c’est une vertu qui enflamme et qui « ne laisse pas de marbre ». Dans l’être humain, il y a plus d’acquis que d’inné (contrairement aux animaux), aussi on peut penser que la différenciation des comportements selon la différence des sexes est liée en grande partie, à l’éducation et à la culture. Quatrième argument : Le courage paraît d’autant plus une vertu, qu’il est très souvent relié à la patience. Les stoïciens ont plus mis en valeur le courage moral que le courage militaire. Mais le mouvement existentialiste est passé de mode et si beaucoup de philosophes, de nos jours, se déclarent athées, certains philosophes comme Lévinas avec sa préoccupation de la sphère morale, et toute sa réflexion éthique sur le visage nous remet dans le champ de la métaphysique, et qui plus est à partir de la perception physique du visage d’autrui ! Et Kant voyait d’ailleurs dans la fonction sexuelle une sorte de sixième sens. Ainsi en 1995 en France a éclaté le scandale de la sous-représentation des femmes dans le domaine politique. Ainsi l’on dit « courageux comme un lion, comme un tigre ». Après tout qu'est ce que la mort ? Ainsi B. Une idée reçue est une idée que l’on a accepté sans examen approfondi, autrement dit, une idée reçue est celle que l’on a intégré à notre esprit, alors que celui-ci était passif. L’autre source d’erreur est sans doute la propagande britannique. Ainsi dans la onzième de ses thèse sur Feuerbach, Marx écrit : « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde, ce qui importe, c’est de le transformer ». Dans le même ordre d’idées, Molière dans beaucoup de pièces de théâtre dit qu’il vaut mieux que les femmes ne soient pas instruites, ainsi elles ne contesteront pas l’autorité de leurs maris. L’individualisme est donc un moteur puissant de l’action humaine, et il est extrémiste de vouloir le supprimer. Néanmoins la philosophie est une discipline qui est aussi très décriée, il est même arrivé qu’un ministre veuille la supprimer du cursus scolaire. Le plus fort n’étant pas hélas synonyme de droit du plus juste . La séduction, a contrario de l’utilisation de la force brutale est l’art de la parole et des préliminaires. C’est à dire qu’insidieusement, la femme est déconsidérée (plus ou moins consciemment d’ailleurs), du fait que le mariage ne soit pas jugé compatible avec l’exercice de la prêtrise. Deuxième argument : Il faut donc diriger et canaliser l’individualisme des êtres humains plutôt que de vouloir totalement le réprimer. Ainsi les hommes ont plus de pilosité que les femmes, leur voix est plus grave tandis que celle de la femme est de tonalité plus aiguë. Ce monde génère une telle frustration affective et amoureuse, qu’il engendre un stress permanent sur nombre d’individus. Et pour beaucoup d’individus, faire de la philosophie n’a aucun intérêt réel et pratique, et l’écrivain Paul Valéry déclarait même : « Ce qu’on peut reprocher à la philosophie, c’est qu’elle ne sert à rien. On peut donc dire, que c’est un manquement grave au devoir humain et social. Ainsi pour se donner du courage les hommes s’interpellent en disant : « Ne tremblez pas comme des femmelettes ». Nous ne savons pas quant à nous, si l’homme est plus sentimental que la femme, mais ce qui est certain c’est que ce sont ces messieurs qui consomment le plus de contenus pornographiques sur Internet ! Car, en général, il y a encore plus de mysoginie dans les pays catholiques que dans les pays protestants, car comme le pasteur peut se marier, la femme est globalement moins déconsidérée. Puis, on force même les fils de cette femme à lapider leur mère ! The: 6: acupuncture research papers: HDY (Yonatan the High Priest ... Pourquoi ce qui n’est pas bon pour les unes serait-il bon pour les autres ? Mais entre le droit de vote et l’exercice du pouvoir politique, il y a encore une grande différence. Ainsi, dans ce cas la, on peut alors considérer que le crime est toujours un acte puni par la loi. Le problème, c’est que les gens font l’amour sans vraiment faire connaissance. En rester éternellement au stade de la séduction, c’est en rester au stade esthétique nous dit notamment Kierkegaard, dans son ouvrage le Journal du Séducteur. Auparavant, il n’y avait pas que dans les couvents que l’on se débarrassait des femmes indésirables pour la famille et la société.  » De ce mépris de la femme chez les Grecs Anciens découle le fait que l’homosexualité et la pédérastie étaient complétement généralisées. Cela relève de sa propre liberté, arguent-ils. Par exemple, sur un sujet sur l’histoire, on peut se référer à des événements historiques ou à des personnages de l’histoire. Or, la violence n’est pas la principale caractéristique de la raison et de l’homme vertueux. La religion avait ses abus, mais comme le montre son étymologie latine « religere », elle est ce qui « relie » ; ce qui « relie » les hommes entre eux, et ce qui nous relie aussi à cette force cosmique qui a généré l’univers, et dont la puissance nous dépasse et nous interloque. Du fait de l’avantage évident pour l’homme d’avoir la plus grande force physique, il s’ensuit (ajoute Poullain de la Barre) que « Tout ce qu’ont dit les hommes (sur les femmes) doit être suspect parce qu’ils sont juges et parties; et lorsqu’un rapporte contre elles le sentiment de 1000 auteurs, cette histoire ne doit être considérée que comme une tradition de préjugés et d’erreurs ». Or, la femme est en moyenne moins forte physiquement que l’homme (de 30 à 40 % de force musculaire en moins selon les données biologiques actuelles). Pourtant au départ de la philosophie, Socrate dans le Banquet de Platon affirme qu’il a été initié sur les choses les plus idéales et les plus élevées par une femme : Diotime de Mantinée. Ainsi les enfants disent que le courage se rencontre en de multiples circonstances : il y a par exemple, pour les adultes, le courage d’aller travailler, « d’aller gagner sa vie », mais il peut aussi y avoir le courage de dire certaines choses, le courage pour savoir se contrôler, le courage de ranger, d’aider, de foncer,de résister, de pardonner, de sauver, de défendre, de lutter contre sa paresse, de faire le bien, d’oser. B) Le passé n’étant plus, on ne peut pas le vérifier de manière directe, on est dépendant des témoignages des hommes du passé. Pour illustrer le problème de la validité des témoignages en histoire, qui amène fatalement à des idées reçues, on peut prendre l’exemple de la légende de la petite taille de Napoléon. La philosophie moderne, elle-même, repose sur l’affirmation du primat de l’individu sur le reste du monde, avec le cogito de Descartes. De même, le courage des communards en 1870 est resté dans la mémoire collective comme l’a si bien montré Léo Ferré dans son superbe album : la Frime. Donc, les deux points de vue ne sont pas équivalents et semblables. C’est pourquoi notre monde actuel qui chosifie sans cesse la femme est en perte d’Idéal. Il était facile dans les temps anciens de brimer la femme, car on les faisait taire par cette fameuse loi du plus fort. Comme les femmes ont une branche génétique supplémentaire du fait de la combinaison génétique XX, certains y voient une supériorité de la femme. La seule grande différence notable entre le cerveau féminin et le cerveau masculin, c’est que le cerveau n’est pas irrigué par le même taux d’hormones. La connaissance de soi, quant à elle relève de l’expérience (on a vu au travers de tel ou tel type de situation, nos réactions et on peut en déduire si on est courageux ou pas par exemple) et des réflexions faites par autrui à notre sujet, cependant il se peut que nous ne nous aimions pas, ou que nous ne voulions pas nous connaître, ou encore que les autres cherchent à nous tromper. Donc , dans les deux versions du Banquet, on nous présente un Socrate plutôt féministe et en avance sur les moeurs de son temps. Cinquième argument : Du fait de toutes ces discriminations (que nous venons d’énoncer), les femmes qui ont « été des hommes comme les autres » ont été des cas exceptionnels. Dans cette somme philosophique sur la femme, Simone de beauvoir affirme que c’est surtout l’éducation qui fait accroire à la femme qu’elle n’est pas « un homme comme les autres ». Et quand la philosophie a essayé de changer le monde, comme on l’a vu avec Marx et Engels; le communisme (était un projet plein de bonnes intentions, soit), mais il s’est avéré dans son effort de concrétisation comme un échec patent et une catastrophe politique. Cette question soulève un réel problème car la vie reste tout de même une notion relativement abstraite. On ne sait plus trop alors si le suicide est une infraction ou alors au contraire une liberté civile, ce qui était totalement diffèrent. Toutes les idées reçues ne sont pas des préjugés, il y en a qui relèvent de l’ignorance humaine par rapport à l’immense somme de savoir encore à acquérir lors de la progression des sciences. Deuxième argument : Le courage est bien une vertu car il est, de plus, un juste milieu entre la crainte et la témérité. Deuxième argument : Pour aboutir au bonheur, il ne faut pas renoncer à l’amour. C’est un faite, nous vivons mais en réalité nous ne savons pas vraiment pourquoi ? C’est pourquoi d’ailleurs les femmes aiment tant les histoires à « l’eau de rose », avec un aspect un peu mièvre et niaiseux ! Ainsi, actuellement, en Iran, la mixité dans les études entre hommes et femmes n’apparaît qu’à partir de la faculté. Les femmes se trouvent alors confrontées aux questions suivantes : Qui imiter ? Ainsi Bergson remarquait qu’un des plus grands bonheurs de l’existence humaine est la créativité artistique. Les hommes sont, en moyenne, plus enclins à la violence et aux meurtres que les femmes. De plus, lors de l’acte sexuel, l’homme paraît plus actif que la femme puisque c’est lui qui doit pénétrer (action), tandis que la femme est pénétrée (passivité). Schopenhauer, quant à lui, définit la philosophie comme étant « une chasse aux préjugés ». Kierkegaard souligne ainsi que le séducteur n’arrive jamais au stade éthique du bon père de famille, et encore moins au stade métaphysique du saint. Mais il ne faut pas oublier non plus la paresse physique, ainsi la traite des noirs a reposé en partie sur ce type de paresse. Ainsi, autrefois, à l’école primaire, et même au collège et au lycée, il n’y avait pas de mixité dans l’Éducation Nationale en France. Tous n’ont pas justement vraiment conscience de cette conscience; ils ne sont que des connaissances intuitives et pas encore des consciences réfléchissantes. Ainsi, en France, la matière dénommée philosophie n’est enseignée qu’au lycée, en classe de Terminale, car on considère que c’est une discipline qui vient couronner les savoirs déjà acquis dans les précédentes classes. Quant au séducteur ou à la séductrice, la séduction est un procédé consistant à susciter délibérément une attirance, une admiration, voire de l’amour de la part d’autrui. L’une et l’autre n’en aimèrent pas moins d’amour les Héros qui les avaient forcées ». Le reste des autres rapports sexuels était vu par les prostituées elles-mêmes comme une sorte de viol légal (puisque monnayé, l’amant de coeur d’ailleurs ne payant pas le rapport ! En effet, si l’on prend une définition relativement restrictive du mot crime, alors il se défini en tant qu’acte puni par la loi. Etre sincère, c’est donc ne pas se mentir à soi-même . C’est une règle qu’on trouve dans les philosophies antiques (comme Épicure), mais aussi chez des modernes comme Descartes. Ainsi les êtres humains se battent avec courage après une querelle suscitée par la colère liée par exemple à des proférations d’insultes. Cette question soulève un réel problème car la vie reste tout de même une notion relativement abstraite. Mais même dans beaucoup d’autres situations et souvent sans aucune raison, la femme est coupable d’une seule chose : c’est d’être de sexe féminin ! De même qu’exhiber des photos de cadavres a quelque chose d’obscène, d’irrespectueux pour le mort (mystère sacré de la fin de la vie qui nous ramène à notre propre inquiétante finitude); mettre en avant des scènes de sexe est outrageant car normalement dans un rapport sexuel, les individus se lâchent, se font un peu comme un objet pour l’autre. De plus, le droit au plaisir sexuel au féminin a souvent été contesté dans nos sociétés patriarcales. Il faut attendre l’ordonnance du 21 avril 1944 pour que les femmes aient le droit d’aller déposer leur bulletin aux urnes. Ainsi Platon, dans le Phédon, nous dit, que « Philosopher, c’est apprendre à mourir », et Spinoza dit lui apparemment l’inverse en déclarant : « Un homme libre ne pense à aucune chose moins qu’à la mort, et sa sagesse est méditation non de la mort, mais de la vie ».